Pourquoi les garçons perdent pied et les filles se mettent en danger...



Élever nos filles et garçons de la même manière est une absurdité, martèle le spécialiste américain Léonard Sax, docteur en psychologie et en médecine, dans un essai étayé sur les stéréotypes qui vient de sortir en France.
Les garçons et les filles n’ont pas les mêmes besoins. Ainsi, non seulement la suppression des différences de genre ne les rend pas égaux, mais elle les rend aussi moins humains, moins heureux, et induit des pathologies comportementales. 

Si les filles ne sont pas ancrées dans leur identité sexuée, elles vont se faire une idée fausse de la féminité, vouloir plaire à tout prix et se conformer aux désirs du professeur. C’est la raison pour laquelle elles sont irréprochables à l’école, postent cinq fois plus de photos d’elles sur les réseaux sociaux Snapchat ou Instagram, sont tentées par les vêtements provocateurs.

Les garçons, eux, vont désinvestir l’école et transférer leur besoin de conquête sur les jeux vidéo. Ils vont se contenter d’anéantir des villages virtuels sur Clash of Clans… Plus tard, la même logique pourra les pousser devant les films pornographiques.

Pour les filles, être appréciées compte davantage que décider. « Il y a dix ans, j’ai compris que la paresse des garçons et l’énergie obsessionnelle des filles étaient deux facettes d’un même dysfonctionnement. » Si on ne les éduque pas différemment, c’est la société de consommation qui s’en chargera et les conduira à l’égocentrisme et au manque de réalisme.

Heureusement, les parents peuvent aider leurs enfants à devenir plus qu’un « adulte générique » : homme ou femme. Il leur revient de faire preuve de fermeté et de contredire les filles sur ce qu’elles portent au collège, d’interdire l’accès à Internet dans les chambres, de réglementer les heures d’écran et, surtout, de cultiver la vie intérieure des jeunes. Leur mission d’éducateur est d’apprendre aux enfants à connaître leurs qualités propres, s’interroger sur ce qu’est être une femme ou un homme. En les faisant réfléchir sur la manière dont ils pourront combler leur vide spirituel, en leur donnant une vue d’ensemble de la place de l’Homme dans l’univers, ils proposeront un sens à leurs jeunes vies.
Bientôt, homme et femme, ils sont préparés à vivre et aimer leurs différences.
FC 10/02/2014