« LE DISCOURS ÉGALITARISTE TENU DEPUIS TRENTE ANS A UNE APPARENCE D'ÉGALITÉ, ET UNE RÉALITÉ, L'INÉGALITÉ» JM Blanquer


Un ministre face aux Français lassés des réformes de l'école mais qui veulent des changements

Paris Match. Un élève sur cinq ne maîtrise pas suffisamment la lecture et l'écriture à la fin du CM2. A qui la faute?

Jean-Michel Blanquer. Mon objectif prioritaire absolu est que tous les enfants de l'école primaire sachent lire, écrire, compter et respecter autrui. La fragilité pédagogique a souvent aggravé la fragilité sociale. Nous pouvons progresser en nous appuyant sur la recherche de
pointe, notamment les sciences cognitives.
Et soutenir les professeurs pour réussir l'entrée de chaque élève dans la lecture, l'écriture et le calcul grâce aux meilleures méthodes.

Lesquelles?
On sait ce qui marche et ce qui ne marche pas. Il faut une approche complète, syllabique et significative. Pourêtre un bon lecteur, il faut être capable de déchiffrer les lettres et les mots et en comprendre le sens. Les ingrédients pour le rebond de l'école française sont connus : le soutien et l'appui aux professeurs, l'excellence de la formation, une amélioration de la relation entre les, parents et l'école, et une plus grande liberté laissée aux acteurs de terrain pour s'adapter aux besoins des élèves.

L'école française est une des plus inégalitaires des pays de l'OCDE, stigmatisée dans les classements internationaux. L'autonomie des établissements ne risquet- elle pas d'aggraver les inégalités?
C'est tout le contraire. Le discours égalitariste tenu depuis trente ans a une apparence, l'égalité, et une réalité, l'Inégalité. Il faut s'attaquer aux vraies sources de celle-ci pour la combattre. La première des inégalités est devant le langage. (…)

Les enfants doivent arriver au CP avec un vocabulaire riche, pour bien entrer dans les apprentissages.

Anne-Sophie Lechavallier
 6 Sept 2017