Équilibre "vie pro-vie perso" : sentiment massif de «manquer de temps au quotidien» : 71% en moyenne, et jusqu'à 88% pour les parents d'enfants de moins de 3 ans.

Équilibre "vie pro-vie perso" : 64 % des salariés insatisfaits de leur ...
madame.lefigaro.fr › Société › Actu société
Par Mylène Bertaux | Le 31 juillet 2017

Ma réponse par B. Jacquelin*:

Il y a des métiers ou harmoniser travail et famille est tout à fait possible, le professorat en est un  exemple.
Il y a des situations où c’est possible aussi : avec le temps partiel, le travail à la maison ou le télétravail dans certaines conditions. Dans ces cas-là,  lorsque c’est justifié aussi pour l’entreprise, il serait effectivement bon que ces pratiques soient largement développées.

Mais ce n’est pas possible partout ou pour toutes les professions.
Voyons le problème dans l’autre sens : 
Etes-vous satisfait lorsque ce n’est jamais la même personne qui traite votre dossier ? Lorsque ce n’est pas le même médecin, dentiste… qui vous soigne, vous, votre conjoint ou vos enfants ? Lorsque vous trouvez porte close quand vous allez faire vos courses ou que vous avez besoin d’un artisan ? Lorsque le travail que vous avez demandé est interrompu ou mal fait ? Lorsqu’il y a une queue de trois kilomètres derrière le guichet où vous attendez ?
On voudrait que tout soit toujours à notre disposition, mais ne travailler qu’aux horaires où cela nous arrange. Tout le reste nous agace. Ne pas voir cette incohérence est parfaitement étonnant. Beaucoup de métiers sont exigeants et nécessitent continuité et cohésion en équipe et en soi-même. Courir partout, penser à autre chose, être sur plusieurs responsabilités à la fois, se fatiguer, s’user même, cela ne peut avoir qu’un temps.
Ma maîtresse de CE2 nous faisait écrire sur le première page de chaque cahier : « Fais bien ce que tu fais ». Comme elle avait raison !


Alors, première chose, choisir un métier et des horaires compatibles avec ses autres responsabilités.
Car il y a un obstacle à ce désir de tout faire, de tout concilier et il est de taille : depuis toujours et pour toujours les journées ont 24 heures et uniquement 24 heures, pour tout le monde.

Si on compte 8 heures de sommeil pour un adulte, ce qui est le temps moyen normal pour récupérer d’une bonne journée de travail quel qu’il soit; si on compte 4 heures pour les 3 repas du jour, courses et préparation comprises, nous sommes déjà à 12 heures.
En comptabilisant les 8 heures de la journée de travail et les 2 heures de trajet aller-retour (en intégrant  quelques courses d’appoint et discussions avec les personnes rencontrées en chemin ou au bureau),
il ne reste que 2 heures de disponible pour la famille.
La marche de la maison, les époux et surtout les enfants qui ont besoin de temps, de calme,  d’éducation et d’amour vont-ils y trouver leur compte ?
Qu’est-ce que le patron, qu’est-ce que l’Etat a à faire là-dedans si ce n’est donner une paye correcte pour l’un et des allocations justifiées pour l’autre?
Tirons les conclusions qui s’imposent : on ne peut pas tout avoir ni tout faire à la fois. Gloire, richesse, pouvoir et famille ne vont pas souvent bien ensemble. Ce n’est pas moi qui le dis. C’est l’histoire. 
 L’avantage du couple c’est que l’on est deux à pouvoir partager tout ça, mais il faut malgré tout faire des choix, le premier étant de savoir pour qui, pour quoi et comment notre temps doit être disponible.
Etre parents c’est être responsable de son couple parce que les enfants ont besoin d’un père et d’une mère, ensemble et qui gèrent la vie de la maison.
Etre parents c’est être responsable de ses enfants qui ont besoin d’une vie stable, équilibré, nourrie d’un amour présent, de l’exemple,  de la patience et de l’éducation des parents.
Etre parents c’est être responsable de soi-même en faisant passer d’abord ses vraies responsabilités pour ne pas voir tout s’écrouler autour de soi.


Et l’argent ? et la réussite ? Oui cela existe et rentre en ligne mais comme des paramètres permettant à toute la famille de vivre bien pour que chacun y trouve son compte. 
Je ne pense qu'à la famille ? Certes, parce que c’est la base et l’origine de toute la vie… et qu’il est difficile de construire et de se reconstruire lorsque sa famille s’effondre.
L’homme et la femme en France sont libres, libres de ne pas devenir des assistés ballotés au gré des médias (magazines féminins classiques en particulier), des politiques, et de la pensée unique qui veut que le travail et le sexe soient les seuls moteurs de la vie. Ils sont libres de prendre leurs responsabilités familiales  dont celle du travail ajusté, avec surtout l’envie de faire grandir le monde en même temps qu’ils font grandir leurs enfants.

Discours ringard ? Non ! Mais inhabituel aujourd’hui, certainement. C’est cependant celui qui a donné des générations d’hommes et de femmes grands par leur pensée, leurs talents, leur vie, leur façon d’être.
Qui dit que c’est facile ? Pas au début en tout cas, surtout dans un monde tellement vide de cœur et d’esprit ; mais avoir une vie intéressante, grandir et faire grandir est à ce prix.
Petit à petit le vrai, le beau, le bien font la différence et tout devient plus facile. La paix de l’âme le vaut bien.

*Brigitte Jacquelin, auteur du « Petit manuel de la femme au foyer » Le Centurion 9,90€