Quelle chance d’être une femme !




Lettre à ma fille...

Aujourd’hui, c’est la journée de la femme ou plutôt la journée des droits de la femme. Cela m’a donné envie d’écrire à toi, ma petite fille chérie.
Quelle chance d’être une femme ! Pendant des années, je l’ai vécu comme un poids et ce n’est que récemment que j’ai réalisé que c’est en fait une bénédiction.

La sensibilité n’est pas une malédiction mais une force, l’ouverture à ce qui est beau, à ce qui l’est moins, l’attention à ce/ceux/celles qui t’entourent. Les émotions plus ou moins fortes ne sont pas des tares mais des atouts qui t’aideront à suivre ton instinct. Parfois, ce sera dur, parfois tu seras incompréhensible pour les autres ; il te faudra apprendre à vivre avec toi-même. Ne laisse jamais personne te limiter à tes fluctuations d’humeur, défends toi, n’accepte pas que ta voix soit réduite mais apprends à accepter ce que tu es et à composer.

Ma perlette, les femmes ne sont pas « superficielles », elles sont multiples et se réinventent chaque jour à leur mesure. Elles ne se figent pas dans une féminité uniforme et cela s’exprime notamment dans le soin qu’elles accordent à leur apparence. Ta façon unique d’être une femme n’est pas toujours immédiate, tu vas peut-être traverser des périodes au cours desquelles tu auras du mal à te trouver. Aie confiance, ça viendra.
Partout dans le monde, des femmes sont persécutées. Quelle chance, dans notre beau pays, ce ne sera pas ton cas, et je ferai tout pour valoir nos droits. Tu seras plus libre que beaucoup d’entre elles. Libre d’aller à l’école, libre de faire ou non des études, libre de choisir ton mari, libre de travailler ou non, libre de porter des talons ou des baskets, des jupes ou des pantalons, …

Avec cette liberté te viendront une multiplicité de casquettes parfois un peu lourdes à porter : mère, épouse, employée, amie, … La vie quotidienne ne sera pas facile tous les jours et exigera que tu fasses preuve de courage, que tu assures sur plusieurs fronts à la fois et que tu te fasses respecter dans bien des domaines. Les mentalités n’ont pas forcément fini d’évoluer, tu devras probablement encore te battre pour être respectée, pour être appréciée à ta juste valeur. Mais fais toi confiance, tu trouveras en toi des ressources inespérées et une force de lionne.

Moi, je serai là, on sera toutes là parce qu’il existe entre toutes les femmes une solidarité que tu ne mesures pas encore. Tu trouveras toujours une oreille attentive, peut-être même parfois sur des chemins que tu n’avais pas envisagés. Les femmes se soutiennent et se nourrissent du courage des unes ou des autres. Alors quand tu en auras besoin (et tu en auras besoin, mon amour), ouvre ton cœur et comme on dit, « vide ton sac ».

Ma chérie, je te souhaite à ton tour de porter et d’élever des enfants. C’est un don de Dieu qui te rendra meilleure et décuplera ta capacité à aimer. Transmettre la vie, je l’ai vécue comme l’accomplissement, la mise en cohérence qui a donné sens à ce tout ce que je suis. Je te souhaite le même bonheur.

Mon amour, un dernier point pour parler de nos alter-egos. Ce n’est pas parce que c’est notre journée qu’il faut oublier les hommes. Nous sommes complémentaires, appuie-toi sur ton frère, ton papa, tes cousins, tes amis, ton mari ou tes collègues. L’avis d’un homme est un éclairage différent, riche et leur soutien est précieux.

Mamanvogue