Les 5 remèdes de Thomas d’Aquin contre la tristesse



Quelques-unes de ses astuces pour surmonter nos peines.
Nous avons tous des jours où nous sommes tristes, des jours où nous sommes incapables de surmonter une torpeur intérieure ou un état dépressif qui pèsent sur nous et rendent difficiles nos interactions avec les autres. Existe-t-il alors des solutions pour surmonter nos peines et retrouver le sourire ?  Thomas d’Aquin propose 5 remèdes contre la tristesse qui s’avèrent particulièrement efficaces (Summa Theologiae, I–II, q. 38).
  1. Le premier remède est de s’accorder quelque chose qui nous fasse plaisir. C’est comme si ce grand théologien avait eu l’intuition, il y a sept siècles, que « le chocolat est un antidépresseur ».
  2.  La deuxième solution est de pleurer.  Notre mélancolie est accentuée si nous n’avons pas moyen de laisser libre cours à notre tristesse. Le fait de pleurer permet à l’âme d’évacuer une peine qui pourrait sinon nous paralyser.
  3.  La troisième solution est de partager sa peine avec un ami. Quand nous sommes tristes, nous avons tendance à voir tout en gris. Dans ces cas-là, ouvrir son cœur à un ami est un vrai remède. Parfois un petit message ou un coup de fil suffisent à nous redonner des perspectives lumineuses.
  4. Le quatrième remède contre la tristesse est de contempler la vérité.« Parler de belles choses à des personnes que cela intéresse est pour moi une vraie consolation… ».
  5. Le cinquième remède proposé par saint Thomas d’Aquin peut sembler surprenant de la part d’un penseur de l’époque médiévale. En effet, pour lutter contre la tristesse, le théologien conseille de prendre un bain et de dormir. 
  6.