Vendée Globe: Eric Bellion 9ème aux Sables d'Olonne, 9 hommes encore en mer


J’ai ramené tant de choses… il va falloir faire un inventaire.
J’ai vécu en trois mois ce qu’on vit en 10 ou 15 ans à terre.
Dans la vie on a des soucis, il faut être créatif mais sur un Vendée Globe c’est quotidien. Tous les jours on a un problème et il faut trouver une solution pour le régler.
Tous les jours de nouvelles expériences.
Tous les jours on découvre une nouvelle facette de sa personnalité. J’ai ramené de la force, des antidotes contre la peur, de l’envie, une force créatrice.
J’ai l’impression que ma vision de la vie est à 360°.

Le Vendée Globe a changé ma vie.

La peur a été présente pendant tout le Vendée Globe, mais au même titre que le bonheur et pleins d’autres sentiments.
 La peur n’est pas un tabou.
Quand on part sur un 60 pieds faire le tour du monde en solitaire, si on n’a pas peur, c’est qu’on n’est pas câblé comme tout le monde.
La peur nourrit la créativité. Il y a aussi la peur d’avoir peur. Il y a quelques jours encore je me demandais comment j’allais faire pour terminer.


Vendée Globe · Il y a 13 heure