merci Pauline


 

"Rien ne vaut une douce Maman"

Tolstoï

… une douce Maman " !

Surtout quand elle est là, au foyer, quand ses enfants en ont besoin… ou pas : elle est là !
C’est une réflexion de Tolstoï, un auteur remarquablement intelligent.
L’utilisation du verbe " valoir "accompagné de la négation " rien… ne "nous montre bien que cette présence affectueuse n’a pas de prix. Et que l’argent que cette Maman aurait gagné hors du foyer ne serait pas aussi important que sa présence.
" Rien ne vaut une douce Maman " : douce par la douceur de sa peau, sa tendresse, sa voix…
" douce "signifie aussi "rassurante ".
Même si Maman crie quelquefois, (il le faut parfois, ou bien, un coupe de fatigue ou d’énervement fait monter d’un ton…), mais même si Maman crie, oui, sa présence est douce à l’enfant. Au moins, elle est là !
Alors si aujourd’hui, c’est un peu dur avec vos chéris, rappelez-vous : " Rien ne vaut une douce Maman !"
A vos petits, vous offrez un trésor : votre présence !
Bonne journée, les Mamans !… une douce Maman " !