Contes pour enfants : préférez les livres aux tablettes !


 Il y a une demi-douzaine d’années, l’apparition des tablettes digitales de lecture a changé le monde de l’édition et, bien sûr, celui du lecteur.

Si, en France, la sauce n’a jamais vraiment pris et que ces tablettes restent un usage mineur, n’est pas le cas aux Etats-Unis ou en Angleterre où elles ont conquis de vraies part de marché et sont rentrées dans les mœurs.

Justement, ce sont des chercheurs britanniques de l’université du Sussex qui ont décidé de se pencher sur les possibles effets psychologiques des mœurs associées aux tablettes de lecture.

On sait que la lecture sur tablette, d’un point de vue cognitif, est équivalente à celle sur papier : votre compréhension de ces lignes selon que vous les lisez sur une page de papier, un écran d’ordinateur ou une tablette, est la même.

L’originalité de cette étude dont les conclusions ont été publiées dans rontiers in psychology [5] est qu’elle s’intéresse non aux différences de compréhension d’un texte selon qu’il est lu sur papier ou tablette, mais aux différences de sentiments engendrées quand cette lecture est associée à moment de partage et de communion : la lecture d’un parent avec son enfant.

Les chercheurs ont proposé à 24« couples » constitués d’enfants âgés de 7 à 9ans et de leurs mères respectives de lire ensemble une histoire. La situation avait quatre combinaisons possibles, selon que la lecture était assurée par la mère ou son enfant, et qu’il ou elle la lisait sur un livre ou une tablette. La lecture durait en moyenne 8minutes, et toutes les séances de lecture furent filmées. Les vidéos furent ensuite analysées, notamment d’un point de vue postural, et les enfants comme leurs mères étaient questionnés.

Comme attendu, la compréhension de l’histoire et sa mémorisation étaient identiques quel que soit le support lu. En revanche, la chaleur (ou la complicité) observée durant la lecture était moins forte quand la lecture avait pour support une tablette. Mais la principale différence a été constatée dans la situation où c’était l’enfant qui lisait à partir d’une tablette : le temps de lecture était plus long et la lecture parasitée par la manipulation de l’outil digital. L’enfant agissait également de façon plus individualiste avec la tablette.

Les leçons à en tirer ? Elles sont de deux ordres : si vous êtes un parent ou grandparent et que vous souhaitez créer un moment de complicité avec votre enfant en lisant une histoire, préférez-la en format livre que sur tablette. Ensuite, d’un de point de vue éducatif : la tablette incite davantage un enfant en train d’apprendre à lire à s’intéresser à la technologie du support plutôt qu’à la tâche qu’elle est censée accompagner !