Comme ça fait du bien à entendre! On ne s'en lasse jamais - Merci Matt Walsh - la suite


(...)
Oui, ma femme est SEULEMENT une mère. SEULEMENT. Elle a SEULEMENT donné vie à des enfants, et elle forme SEULEMENT leurs existences et leurs futurs. Elle gère SEULEMENT la maison, tout en s’occupant d’enfants qui dépendent SEULEMENT d’elle pour tout. Elle apprend SEULEMENT à nos jumeaux comment être un humain décent, et, à mesure qu’ils vieilliront, elle sera SEULEMENT responsable de leur apprendre tout et rien, depuis leur morale jusqu’à leur hygiène, en passant par leur alphabet et leurs bonnes manières… Elle est SEULEMENT la pierre fondatrice de notre famille, et mon compas moral. Elle est SEULEMENT le centre de notre monde. Et la société s’effondrerait SEULEMENT si elle et les autres mères échouaient à la tâche qu’elles exécutent au quotidien.

Oui, elle est seulement une mère. Ce qui revient à regarder dans le ciel, et à dire « hé, c’est seulement le soleil ».

Bien sûr, toutes les femmes ne peuvent pas rester constamment à la maison. Le reconnaître est une chose, en faire un idéal à atteindre en est une autre. Considérer que c’est la situation idéale revient à dire qu’il est IDÉAL que des enfants passent MOINS de temps avec leur mère. C’est de la folie. De la pure folie. Ce n’est pas idéal, et ce n’est pas neutre. Plus une mère peut passer de temps à élever ses enfants, mieux c’est. C’est mieux pour eux, mieux pour leurs âmes, mieux pour la communauté, mieux pour l’humanité. Point.

Il est cependant probablement vrai que les mères au foyer ont du temps libre. Tout comme les gens « actifs ». D’ailleurs, de nombreux métiers pourraient être décrits comme étant principalement du temps libre, avec quelques pics d’activité machinale, çà et là. Quoi qu’il en soit, je ne cherche pas à débattre de qui a le plus à faire. Apparemment, on attache tellement peu d’importance à notre temps que l’on en vient à mesurer notre valeur à l’aune du peu de temps que l’on possède.
En d’autres termes, « être occupé » est devenu un tel objectif à atteindre que ça en est devenu un synonyme d’ »être important ». Vous pouvez pourtant être occupé et insignifiant, tout comme vous pouvez être essentiel, mais peu occupé. Je ne sais pas qui est le plus occupé, et je m’en moque. Peu importe. Je crois que l’on peut dire que nul d’entre nous n’est aussi occupé que nous le pensons. Et nous sommes, de toute façon, beaucoup trop occupés pour notre propre bien.

Il y a beaucoup de choses erronées dans notre culture. Mais finalement, lorsque notre civilisation s’effondrera, nous regretterons sans doute la manière dont nous avons traité les mères et leurs enfants.