Rôle du père dans l'éducation de ses enfants par JM Petitclerc - éducateur




Union des Familles : Quel rôle le père a t-il dans l'éducation de ses enfants?
Jean-Marie Petitclerc: Un des principaux rôles du père est de poser des limites. C'est un rempart contre un amour trop fusionnel avec la mère. Inconsciemment, il signifie à son enfant : "Ta mère n'est pas à toi, c'est ma femme".
Le rôle du père, c'est de conjuguer amour et loi, de lui dire : "Je te dis non parce que je t'aime". Un enfant se construit grâce à des repères et pas uniquement dans la satisfaction immédiate de ses désirs. Dans mon métier d'éducateur, je rencontre beaucoup d'adolescents qui sont en quête de limites qui n'ont pas été correctement posées. On mesure seulement maintenant l'importance du rôle du père, qui a été un peu effacé par la législation des années 70-72.


Union des Familles : Le père serait donc aujourd'hui trop souvent absent dans l'éducation de ses enfants?
Jean-Marie Petitclerc:  : Il y a absence et absence. La pire absence, ce n'est pas l'absence physique, c'est le désintérêt. Imaginons un cadre qui rentre tard de son travail. S'il est capable malgré tout, pendant un quart d'heure de faire abstraction de ses préoccupations pour aller dire bonsoir à ses enfants, écouter ce qu'ils ont à dire, être disponible, il est présent. D'autant plus si, dans la journée, la mère a dit : "J'en parlerai à ton père  ce soir". Ce père-là est présent dans la tête de l'enfant et il sait qu'il peut compter sur lui.

Union des Familles : Quelle pourrait être alors une bonne autorité paternelle ?

Jean-Marie Petitclerc:  : Le rôle essentiel de l'autorité paternelle est de sécuriser et de responsabiliser. Sécuriser, c'est être capable de dire non. Si on lui dit toujours oui, l'enfant risque de sombrer dans la toute puissance. Il va croire que tous ses désirs peuvent devenir réalité, ce qui est angoissant pour lui. Responsabiliser, c'est développer sa capacité à devenir acteur de sa vie.
Une bonne autorité, c'est une autorité que l'enfant accepte, et pour cela trois critères sont nécessaires :

elle doit être 
bienveillante : faire comprendre à l'enfant que le centre des préoccupations, c'est son propre bien ; 
crédible : le père lui aussi vit aussi des principes qu'il inculque ; 
équitable : juste entre les différents membres de la fratrie