Mesdames, Messieurs les maires, vous pouvez le faire!

Après le maire (LR) d'Angers, c'est autour du maire (LR) d'Aulnay-sous-Bois de réagir face à ce scandale public.


Bruno Beschizza, le maire Les Républicains de la ville de Seine-Saint-Denis a décidé de prendre un arrêté municipal contre cet affichage. Pour le maire de la ville, ces affiches n'envoient pas le bon message.
"Quand on met des messages subliminaux d'une aventure d'une nuit, d'accouplement sans parler d'amour de manière aussi lapidaire, sur un abribus sans contextualiser, j'imagine un enfant de cinq ans qui sans libre-arbitre peut avoir une certaine confusion dans l'esprit", estime sur BFM Paris le maire d'Aulnay-sous-Bois.
Avec son arrêté municipal, Bruno Beschizza souhaite interdire l'affichage de ces visuels dans sa ville. Il envisage sinon de les montrer barrés d'un texte sur fond jaune. Sur ce texte, on peut lire: "Protégeons nos enfants. Affiches interdites sur le territoire de la commune d'Aulnay-sous-Bois, en vertu de l'arrêté du Maire n°2016-403 pour la protection de l'enfance". Une manière de montrer l'affiche, sans la montrer, et de bénéficier ainsi d'un coup de com'.

Suite à la forte mobilisation des habitants de Buc, ainsi sans doute que le "taggage" de tous les abribus  portant ces affiches, le maire a fait retirer cette campagne de sa ville lundi matin.