Lettre à ma maman, mère au foyer à qui je dois tout

Lettre à ma maman, mère au foyer à qui je dois tout
J’ai eu la chance d’être élevée par une mère qui ne travaille pas. Moi je travaille, je travaille beaucoup même et avec passion ; grâce à elle.
Parce que Maman a fait de sa maison une joie et qu’elle m’a permis de croire qu’à cœur vaillant rien n’est impossible.
Parce que tous les jours, elle m’a emmené à l’école et est venue m’y chercher, quels que soient les aléas, ses contraintes ou ses envies.
Parce que dans les moments difficiles de ma scolarité, elle m’a toujours dit que l’essentiel n’était pas d’être le meilleur mais de faire de son mieux.

Parce que tous les jours, elle m’a aidé à réciter mes poésies, apprendre mes leçons, fait mes exercices de maths et d’anglais, elle qui a étudié les lettres…

Parce que lorsque j’ai passé mes écrits de concours pour intégrer une grande école, elle m’a attendu tous les soirs, sans angoisse pour passer la fin de journée avec moi, m’empêcher de remettre le nez dans mes bouquins et décompresser.
Parce que lorsque, j’ai passé les oraux des concours, elle m’a attendu dans sa voiture, dans un café, dans un hall pour s’assurer que je ne m’effondre pas et pour me relancer après chaque examen.
Maman n’a pas une grande carrière, elle n’a pas gagné beaucoup de sous mais elle a toujours tout fait pour que j’aie le choix, la liberté de décider quand le moment serait venu. J’ai fini par intégrer une « grande école » et décrocher un travail qui m’intéresse.
Aujourd’hui, je suis devenue mère et je compose avec un travail passionnant mais assez prenant. Je me cherche un rythme, je jongle avec plusieurs emplois du temps : mère, épouse, femme et salariée. Et mon meilleur soutien, c’est elle. Pas seulement parce qu’elle me « dépanne » lorsque j’ai une réunion tardive mais aussi parce qu’elle m’écoute râler, qu’elle se met à ma place et qu’elle m’aide à trouver des solutions.

On tape trop souvent sur les mères au foyer, soulignant leur « déconnexion » ou encore la « facilité » de leur vie parce que franchement, rien n’est plus simple que d’élever des enfants et de faire tourner une maison.

Mais ne vous méprenez pas, les mères au foyer sont un élément majeur dans ce qui fait avancer le monde et tourner l’économie. Elles soutiennent, accompagnent, facilitent, redonnent du courage et prennent de la distance. Elles ont choisi de se dédier à l’éducation d’enfants qu’elles laisseront libres de leurs propres choix ; et c’est très courageux et compliqué.
Merci Maman.
Constance Drilhon  -  Maman Vogue