Des 35 pays observés pour la réalisation de ce rapport, l'économiste cite en exemple les pays où l'important, "c'est de ne pas laisser les jeunes dans la nature".

Non, vraiment nous ne perdons pas notre temps lorsque nous accompagnons nos enfants dans leur scolarité.


Le nombre de jeunes sans emploi et sans formation reste élevé en France par rapport à ses voisins européens, souligne un rapport de l'OCDE publié ce mercredi. Dans le même temps, la Cour des comptes conteste l'efficacité des contrats aidés.

En France, contrairement aux autres pays de l'OCDE et de l'Union européenne, le taux de jeunes sans emploi et sans formation n'a pas reculé depuis 2013 et reste élevé à près de 16%, près du double de l'Allemagne. Cela représente 1,8 million de jeunes sans emploi et sortis du système éducatif en 2015, soit près de 270.000 de plus qu'en 2008. Les jeunes sans emploi sont en grande majorité peu qualifiés puisque près de 80% n'ont pas atteint le niveau bac. A l'inverse, seuls 16% des jeunes diplômés de l'université étaient au chômage ou inactifs en 2014.

Lutter contre le décrochage scolaire
Principale recommandation de l'édition du Panorama de la société  un rapport que l'OCDE produit tous les deux ans : lutter contre le décrochage scolaire à travers un meilleur suivi des élèves en décrochage. La France a un taux d'échec scolaire relativement élevé puisque près de 15% des 25-34 ans n'ont pas fini le lycée, contre 2% par exemple pour la Corée du Sud.