On dirait qu'elles gênent...!

vu dans Edith-magazine



 Juliette témoigne "Cela n'était pas évident, car j'avais un poste de rêve, mais c'était maintenant ou jamais". © MZ Moser
(...) C’est à croire qu’elles gênent, qu’elles la jouent perso, ces femmes qui vont dans le sens inverse du courant, quand tout n’est que consommation, autonomie, réalisation personnelle, temps pour soi… « Elles jouent contre le marché, elles consomment moins », indique M.P. Delplancq-Nobécourt. Leurs valeurs sont opposées à celles du tout-économique ; elles transmettent à leurs enfants l’écoute, le partage, l’attention, l’aide, alors que partout, il n’est question que de performance, de consommation à outrance, d’écrasement des autres et de culte de l’argent-roi !

Le bon rythme
Et pourtant, quels reproches peut-on faire à celles qui, assumant une baisse de revenus pour le ménage, ou au mieux profitant d’un droit (le congé parental), sont à la sortie de l’école à « l’heure des mamans », et prennent le temps de discuter avec l’enseignant – ce qui sécurise les enfants ? Quels reproches faire à celles dont la présence garantit le respect du rythme de vie, et de celui – très important ! – du sommeil ? À celles qui surveillent les devoirs, qui se font complices, qui assurent le confort moral et physique de leur descendance ? Que d’avantages dans cette vie de mère au foyer, finalement ! « Elles sont avant tout convaincues de la qualité de l’éducation qu’elles donnent à leurs enfants, poursuit la spécialiste, que ceux-ci sont heureux d’avoir maman à la maison et de ne pas rentrer dans une maison vide après l’école. (…) Sans se prévaloir de la perfection, elles estiment que leur présence peut permettre de déceler et corriger les difficultés. » Toutefois, rares sont les femmes au foyer qui se contentent de gérer seulement leur intérieur et leur famille…

Mères actives
Car elles ne sont pas ingrates envers une société qui, justement, les dénigre (parfois) : si les femmes au foyer s’investissent pour le bien-être de leurs enfants, elles donnent énormément d’elles-mêmes aux associations, et sont en première ligne dans les bataillons de précieux bénévoles. Jamais avares en temps et en énergie pour aider les autres,(...). « Inactives », les mères au foyer ? Au contraire : ce sont elles, les wonder women !