"Tu es femme au foyer ? Et tu ne t’ennuies pas trop ?"


Petit traité de défense des femmes au foyer

Question récurrente pour les chanceuses qui ont le privilège de pouvoir exercer le métier de femme au foyer. Les chanceuses ? Oui, oui ! Le monde vous tanne de jugements à l’emporte pièce, et voici les trois remarques les plus méprisantes que l’on vous adresse :

Puisque tu ne fais rien, tu ne t’ennuies pas quand ton mari n’est pas là ?
Tu ne culpabilises pas trop de dépenser l’argent que tu ne gagnes pas ?
Qu’est ce que tu peux bien faire de tes journées ?
Peut être est-il temps de rappeler l’essentiel, et de remettre les choses à leur place. Précisons tout d’abord que cet article n’est en rien un reproche adressé aux femmes qui travaillent à l’extérieur du foyer ! Si dans le passé la majorité des femmes exerçait ce beau métier qu’est la maternité et la gestion de la maison familiale à temps plein (temps très plein, on vous assure), les temps changent et certaines ont acquis d’autres compétences pour subvenir aux besoins de leur famille. Maintenant que ceci est dit, entrons dans le vif du sujet.

Répondons sans détour à ces étranges objections :
L’ennui
Il faudrait songer à retourner cette remarque à votre interlocuteur : ah ? Parce qu’il n’y a que votre travail qui occupe vos journées ? D’une part, la gestion d’un foyer, l’économie d’une maison est un art qui, loin d’être vieux jeux, semble traverser les siècles. De la Grèce antique à nos jours, on peut trouver des Traités de l’économie du foyer qui poussent la femme de la maison à devenir maîtresse de l’intendance, du bon ordre et de l’harmonie familiale.

D’autre part, si nous énumérons les possibles activités de la femme au foyer, vous verrez bien vite qu’elles sont cent fois plus variées que celles d’un employé de bureau : ménage, lessive, peut-être éducation des enfants, vaisselle, rangement, certes, mais aussi, décoration de l’intérieur, couture, broderie, cuisine, lecture, instruction personnelle, délier les nœuds et les problèmes de chacun… La liste n’est pas exhaustive. Alors pour l’ennui, on repassera !

L’argent que l’on ne gagne pas

Ce métier n’étant pas prêt d’être rémunéré, il est vrai que la moindre de vos dépenses est issue des récoltes de votre mari. Cependant, dépenser cet argent n’a jamais voulu dire le dilapider : votre mari travaille pour nourrir, vêtir et gâter votre famille. Ses journées étant occupées à le gagner, c’est à votre tour de prendre le relais lorsqu’il s’agit de le répartir dans les différentes nécessités. Dites-vous bien qu’en vous occupant personnellement de vos enfants et de tous les travaux quotidiens et exceptionnels que demandent la maison et la vie de famille, vous économisez plus que vous ne dépensez l’argent de votre moitié

Le programme quotidien
Il est vrai que, si vous n’êtes pas encore maman, vos journées semblent commencer quand votre flemme décide de vous tirer hors du lit, vos activités semblent dépendre de votre bon vouloir, etc. Voici l’un des aspects de ce métier que l’on vous cache : être une femme au foyer demande une volonté de fer, de la discipline et une organisation militaire.
N’est pas épouse et mère parfaite qui veut. Chaque matin, on consulte la liste (oui Mesdames, vous connaissez cette liste) des choses à faire, des choses qu’il faudrait penser à faire si on a le temps, et des petites choses à améliorer pour que demain soit plus facile. Pas vraiment pour vous mais pour que le quotidien de chacun soit un mécanisme bien huilé.

Mesdames, qui avez choisi d’être femme au foyer, soyez en fières et dignes : le monde ne vous fera pas d’indulgence sur l’état de votre maison ou l’éducation de vos enfants, et il a raison : vous n’avez « que » ça à faire !

ANGÉLIQUE PROVOST 9 AOÛT 2016 - Aleteia
de la part de Chantal. Merci.