C'est vrai qu'on est bien...



L’emploi qui nous rend les plus heureuses ? Femme au foyer !
Une étude révèle que les mères qui restent au foyer sont plus satisfaites que dans toute autre profession.
Par Steve Doughty dans le Daily Mail
Voici la confirmation de ce dont beaucoup de banlieusards fatigués se doutaient secrètement.
Les recherches ont montré que les mères qui restent au foyer sont plus heureuses que celles qui travaillent à l’extérieur. Selon cette étude, si « rester à la maison avec les enfants »comptait comme emploi, celui-ci serait au premier rang de toutes les professions et métiers quant au bonheur des employés.
Seulement 1 parents sur 7 qui restent au foyer dit ne pas en être satisfait, soit un niveau d’insatisfaction  presque moitié moins que celui trouvé parmi les fonctionnaires ou commerciaux.

L’étude, commandée par le groupe d’assurance LV (Liverpool Insurance), a interrogé plus de 3000 personnes pour savoir si elles étaient satisfaites ou non de leur vie. Les résultats portent sur le pourcentage de personnes qui ont dit ne pas être heureux de leur sort.
Les 2 millions de parents au foyer – pour la grande majorité les mères-apparaissaient sous l’étiquette de « homemaker » (l’équivalent de maîtresse de maison)

Ils ont atteint le score de 87% sur l’échelle du bonheur .Les autres occupations figurant aux 5 premières places  se trouvaient dans le domaine de l’évènementiel et l’hospitalité (86,3%), des arts créatifs et du design (84,4%) , des activités caritatives (83,9%), des loisirs, sports et du tourisme (83,7%). Les secteurs donnant le moins de satisfaction concernent le marketing, la publicité et les relations publiques (avec un taux de bonheur de 53,8%)
Dans les 5 dernières positions ,on trouve : la police et les vigiles (59,4%), les vendeurs et vendeuses (67,4%), les fonctionnaires (70%), les employés de magasins (70,8%)

Selon le rapport, « Les maitresses de maisons (homemakers) sont plus heureuses que ceux et celles qui ont une autre occupation, mais travaillent 2 fois plus d’heures que ne pensent la plupart des gens. »
Ces résultats renforcent ceux d’une autre étude réalisée à une plus grande échelle sur le bien-être et exécutée par l’Office National des Statistiques, selon laquelle la proportion de femmes qui jugent que leur occupation en vaut la peine est plus importante chez celles qui restent  au foyer que chez celles qui travaillent au dehors.

Des enquêtes menées par le gouvernement ont aussi montré que plus du tiers des mères qui travaillent au dehors voudraient quitter leur emploi et s’occuper de leurs enfants chez elles.
Mais les femmes qui restent chez elles pour s’occuper de leur famille subissent une énorme pression de la part du Gouvernement pour qu’elles cherchent une autre occupation et fassent garder leurs enfants.
Selon Laura Perrins, coéditrice du site de la « Conservative Woman » , cette enquête montre la satisfaction que donne la vocation d’éduquer des enfants à la maison et tout le travail que cela demande. « Les femmes qui vivent cette vocation savent qu’éduquer des enfants est une tâche  très importante. C’est dommage que le Gouvernement ne partage pas cette vue »