Nous avons tellement de chance!


La plus grande chance que nous ayons, nous, femmes au foyer, c’est de pouvoir vraiment nous occuper de nos enfants et de pallier, lorsque le risque s’en fait sentir, les déficiences des structures chargées de les instruire.
Notre liberté c’est de choisir ce que nous faisons de notre temps et de pouvoir changer de priorités.
La question principale aujourd’hui n’est-elle pas de reprendre et de consolider par tous nos moyens, l’apprentissage des matières principales qui ne sont plus enseignées, en primaire et au collège, comme elles le devraient ?
Passer des heures et des heures à suivre vos enfants, leur donner l’instruction qui leur sera nécessaire tout au long de la vie ; ce n’était sans doute pas dans vos projets, pas vraiment dans vos compétences, mais n’hésitez plus, il faut y aller. Retrouvez-vous avec d’autres mamans, appuyez-vous sur votre conjoint, aidez-vous et reprenez en charge la lecture, l’écriture, l’orthographe et la grammaire sans oublier bien sûr les mathématiques et le calcul mental.
Et suivez, suivez vos enfants, ouvrez-leur les yeux et l’esprit, faites-les lire, intéressez-les à l’histoire, à la géographie, racontez-leur la France, votre France, celle de quand vous étiez petite et celle d’aujourd’hui.
Leur réussite et leur bonheur sont en grande partie dans le développement de leur intelligence du coeur et de l’esprit et cela ne se fait pas tout seul.
… Mais le temps qu’on y passe, on ne le regrette JAMAIS.
Brigitte Jacquelin