Vous avez tellement raison d'être femme au foyer! Permettons à nos enfants d'être... des enfants.

Les enfants vont de plus en plus mal

Burn-out des enfants : quand les petits s'effondrent
Soumis à la pression parentale et aux exigences scolaires, les enfants sont de plus en plus nombreux à craquer et à faire un véritable burn-out. Parfois dès la maternelle. Enquête. « Beaucoup arrivent exténués dans mon cabinet. Tellement fatigués que certains s'allongent et parlent couchés au sol. Mon plus jeune patient a 3 ans et demi », précise Aline Nativel Id Hammou. La jeune femme n'est pas médecin mais psychologue. Ledit patient, à peine entré à l'école maternelle, a passé le pas de sa porte pour « burn-out », ose dire la professionnelle.Chez les enfants pourtant, pas d'exigence de chiffre d'affaires, d'ambiance de travail anxiogène ou de suppression de postes qui oblige à travailler deux fois plus. Mais un emploi du temps surchargé à 6 ans, des responsabilités d'adulte et une pression des parents et de la société.

Combien sont-ils ? Nul ne le sait. À ce jour, rien n'atteste du phénomène. Pas la moindre étude ni le moindre chiffre pour corroborer les dires des observateurs. Seule la dernière enquête nationale de l'Unicef France en 2014 (2) démontre que nos enfants vont de plus en plus mal. Selon leurs résultats, 40 % des 6 à 18 ans ressentent une souffrance psychologique. Les victimes de burn-out infantile seraient « de plus en plus nombreuses et de plus en plus jeunes », selon Aline Nativel Id Hammou. Même constat pour la psychothérapeute Béatrice Millêtre : « Il y a encore un an, un enfant par an venait me voir pour burn-out ou craquage nerveux. Maintenant j'en vois cinq par semaine. » Ils la consultent généralement poussés par leurs parents, interpellés par des troubles du sommeil et une morosité ambiante.
 « L'objectif est de modifier le rythme de vie de la famille, ses habitudes et de faire comprendre aux parents pourquoi l'enfant n'en peut plus », explique-t-elle. Elle demande par exemple aux adultes de coucher sur papier l'emploi du temps du petit. « Certains s'aperçoivent ainsi que l'enfant est occupé de 7 heures à 21 heures par exemple », indique l'éducatrice.

Par Ophélie Ostermann | Le 05 avril 2016

Burn-out des enfants : quand les petits s'effondrent | Le ...

madame.lefigaro.fr › Enfants

Critique de massilia17
Il y a 3 jours - Soumis à la pression parentale et aux exigences scolaires, les enfantssont de plus en plus nombreux à craquer et à faire un véritable burn-out.