Une étude vraiment sans parti pris? hum, hum!!


Promotion de l’égalité des genres  de nos jours et à l’avenir : redistribution du Fardeau

Selon un document récent de la Harvard Business School les filles adultes de mères ayant un emploi ont elles-mêmes une plus grande probabilité d’avoir un emploi, de tenir des responsabilités d’encadrement, de travailler plus d’heures et d’avoir des salaires plus élevés que les femmes dont les mères ont été au foyer à plein temps ( les facteurs éducation, âge, religion,etc…., n’ont pas modifié les résultats).La même étude montre également que le travail des mères a aussi un impact sur une plus grande égalité dans la répartition des tâches ménagères : les fils de mères au travail participent plus à la vie ménagère que ceux dont les mères restaient à la maison.
L’égalité des genres maintenant aura donc des conséquences importantes sur l’égalité des genres dans le futur. Quand les mères de notre époque ont un emploi elles deviennent des exemples et des modèles pour les générations futures. Mais les actions politiques publiques ont encore besoin de favoriser ce développement – à commencer par la volonté politique d’atteindre les quotas de Barcelone en matière de gardes d’enfants.
                                                                     *************
La belle affaire ! Une étude à qui l’on fait bien dire ce qu’on veut lui faire dire.
Il n’est pas étonnant que les filles des mères qui ont toujours travaillé veuillent travailler. Non seulement elles n’imaginent même pas pouvoir faire autrement, mais en plus si l’idée leur en venait, elles ne sauraient pas comment faire et c’est bien là le drame. Les jeunes femmes sont tellement démunies devant leur bébé qu’elles ne souhaitent qu’une chose: passer le relai à qui que ce soit et repartir travailler au plus vite pour ne pas se sentir à ce point désarmée devant cet inconnu qu’elles ont mis au monde.
Et cela ne s’arrange pas quand l’enfant grandit : plus les années passent, plus il devient étranger, plus il est difficile à gérer. Leur politique reste la même: Courage, fuyons et retournons vers ce qui nous "valorise".

Celles qui ont vu leur maman au foyer s’occuper d’elles, elles sont nombreuses, même avec de bonnes études et de grandes possibilités à préférer passer un temps de leur vie à la maison pour prendre soin à leur tour de ce qui est le plus précieux et leur plus grande responsabilité : leur famille.
Elles ne s’y trompent pas quitte à monter moins haut dans l’échelle des promotions et des salaires.  Et si leur conjoint grâce à l'harmonie qui règne à la maison fait des étincelles dans son métier, sa réussite est aussi la leur.

Leur expérience parle d'elle-même: toutes les richesses du monde ne valent pas le bonheur des enfants... et celui des mamans par la même occasion.
B. Jacquelin
Merci Marielle pour l’article. Merci Chantal pour la traduction.