S'il vous plaît, lisez tout!

Réforme du collège : "A force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau"

Le coup de gueule de François-Xavier Bellamy sur sa page Facebook, sur la "réforme du collège" :
13062327_861130167329695_5989916204623658213_n"Sa va dps samedi ? G1 truc a te dir jcroi kon devré fer 1 brek..."
Manuel scolaire 5ème, 4ème, 3ème, éditions Nathan.
Voilà, la réforme du collège devient concrète.
Cette semaine, les enseignants découvrent, effarés, les manuels scolaires conformes aux injonctions ministérielles, préparés dans l'improvisation totale pour la rentrée prochaine. C'est un cours de maths remplacé par un sondage dans la classe sur les discriminations. C'est la littérature et la langue françaises sacrifiée pour des "punchlines" et des SMS. C'est l'immense aventure des sciences qui s'achève dans une curiosité morbide pour la mort de Claude François dans sa baignoire.
Immense tristesse, immense colère aussi. J'ai la rage au fond du cœur de voir ce délire devenir réalité, avec la collaboration honteuse d'éditeurs serviles et lâches, dans le silence des médias et dans la passivité générale - si l'on excepte la complicité coupable de l'enseignement privé.
Tous ceux qui coopèrent à cette immense dévastation, à ce mensonge, à ce délire, j'espère qu'ils ont un peu honte, au fond d'eux mêmes. Et j'espère, envers et contre tout, que cette réforme n'ira pas jusqu'au bout. Parce que ce n'est pas possible... Ils n'ont pas le droit. Nous n'avons pas le droit.
L'école n'a qu'une seule mission : élever les élèves qui lui sont confiés. Chacun d'entre eux porte en lui quelque chose d'exceptionnel, et chacun d'entre eux a droit au meilleur de ce que nous avons reçu. De quel droit allons-nous priver les générations qui viennent de la beauté, de la grandeur, de l'intelligence ? De quel droit condamnons-nous ces enfants à ne plus rien comprendre de leur propre histoire, de leur langue, de leur culture ? Quand la conjugaison est remplacée par l'approximative "impression" des temps, quand toute la maîtrise de la langue consiste à faire de bonnes vannes et à casser avec sa copine, qu'espérons-nous faire grandir chez nos élèves ?
Le manuel "Le livre scolaire", ici reproduit, comporte une phrase de Abd Al Malik qui résume à elle seule toute cette réforme du collège : "A force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau."
A force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau.
Voilà à quoi ressemble une civilisation qui meurt.
Je voudrais crier partout ma tristesse pour ces enfants qu'on sacrifie... Qui ne trouveront à l'école que ipads, des SMS et des anecdotes people - tout ce qu'ils connaissent déjà en fait, bien mieux que nous, d'ailleurs, et ils nous trouveront bien ridicules de vouloir leur apprendre le "swag".
Je voudrais crier ma tristesse pour ces gamins condamnés à la pauvreté culturelle par l'école, le lieu même qui aurait dû être pour eux le chemin de l'évasion vers ce qu'il y a d'universel, d'intemporel - les grands textes, les grandes œuvres, les grandes découvertes, tout ce qui fait grandir le cœur, tout ce qui élargit le regard... Pour ces talents qu'en chacun d'eux nous condamnons à la médiocrité.
Quand j'avais sept ou huit ans, mon grand-père m'a offert l'Anthologie de la poésie française, de Georges Pompidou, et il m'a dit : "Si tu veux être heureux dans la vie, il faut apprendre deux vers par jour." Je l'ai fait. Il avait raison. J'ai découvert un savoir, une saveur de la vie que je ne soupçonnais pas, que le quotidien ne donne pas. Je n'ai pas tout compris bien sûr - pas tout entier, pas tout de suite... Mais c'était beau. C'était grand. Et finalement, c'est tout simplement que ce qu'il y a de beau, de grand, se dépose dans un cœur d'enfant pour l'enrichir, par le cœur. Mais qui maintenant aura encore la chance d'apprendre un peu de poésie - par cœur ?
Maintenant que le sujet des manuels de littérature, c'est : "jcroi kon devré fer 1 brek..."
Voilà à quoi ressemble une génération qui renonce à transmettre.
J'ai tant de tristesse au cœur...
Pourquoi ne nous réveillons-nous pas ?"