"Le bonheur en famille"



Pantoufles!

C’est le WE, mon mari est bien installé dans le canapé et nos trois enfants sont avec lui. Les deux aînés sont collés au plus près, de chaque côté de lui et le plus jeune est installé sur ses genoux. Uska, notre chienne est couchée à ses pieds.
Bernard est en train de leur lire la bande dessinée de Boule et Bill qui les passionne au plus au point. Il en arrive des aventures à Boule le chien et à Bill le petit garçon! Les enfants n’en perdent pas une miette.
Tout d’un coup l’un des garçons s’écrit d’un air un peu chagrin : « Vous avez vu le chien, il arrive à rapporter les pantoufles du papa. Uska elle ne sait pas faire ça. » Uska entendant son nom ouvre un œil interrogateur et regarde mon mari, son héros et maître, d’un air de dire: "Qu’est-ce que vous en savez ?" et se rendort.
Bernard continue à lire quelques pages, mais le cœur n’y est plus, il a sa tête des grandes interrogations. Après tout, c’est vrai, notre chienne est la plus maligne du monde, on lui a déjà appris tellement de choses pourquoi ne pourrait-elle pas rapporter les pantoufles.
La journée se passe et Bernard reste songeur. Le soir sa décision est prise et au dîner il nous annonce. « Vous ne savez pas quoi ? demain j’essaye, on va apprendre à Uska à rapporter les pantoufles, il n’y a pas de raison qu’elle soit moins intelligente que Boule. » Les enfants battent des mains, il va y avoir de l’ambiance.
Le lendemain est un dimanche. Pendant que je prépare le déjeuner Bernard s’active avec les enfants.
Déjà il faut retrouver ses pantoufles à la norvégienne qu’Uska pourra très facilement prendre dans sa gueule et ensuite mettre Uska au courant de ce qui se trame.
En fait elle a tout suivi du coin de l’œil et écoute avec intérêt les explications qui lui sont faites. Elle sait depuis longtemps ce que veut dire "rapporte" et avant le déjeuner elle a compris ce qu’était une pantoufle.
Après le café la leçon reprend. Bernard pose une pantoufle dans l’entrée, demande à notre chien de rester à côté puis va s’installer dans le canapé.
Il appelle : « Uska, pantoufle, rapporte » Une  seconde plus tard, Uska arrive avec la pantoufle.
« Pose » dit Bernard. La pantoufle est à ses pieds et Uska le regarde de son œil intelligent et confiant. « Même pas difficile a-t-elle l’air de dire ».
Les enfants sont aux anges. « L’autre , l’autre » crient-ils. Là ça coince un peu, Uska les regarde avec intérêt puis se couche aux pieds de Bernard qui tranquillement met la pantoufle rapportée, et prend l’autre dans la main. Il la pose dans l’entrée, appelle notre chienne et dit: "Ça, c’est l’autre pantoufle, l’autre ». … et se rassoit dans le canapé d’où il appelle « Uska, l’autre pantoufle » Clip, clip, clip. Uska, fière comme Artaban trotte sur le carrelage en rapportant l’autre pantoufle. Les enfants sont fous de joie presque autant que leur Père.
L’habitude est vite prise et lorsque mon mari rentre de l’usine, le soir, bien fatigué, Uska n’attend qu’une chose : qu’il s’installe dans le canapé et lui dise : « Uska, pantoufles » après elle n’a plus qu’à s’allonger à ses pieds, la tête sur les pantoufles, l'air béat.
Elle l’a bien gagné, non ?
Janilec