"...des déclarations d'amour universel, au moment même où on commet des massacres de masse"

"Je me suis régalée ce midi à écouter Jean-Pierre Le Goff, sociologue, interrogé sur son livre "Malaise dans la démocratie". Je pense que ça devrait vous intéresser aussi...
C'est disponible en réécoute ici:
http://www.frequenceprotestante.com/
Midi magazine 12h05 le 11/02/16
ou
http://www.frequenceprotestante.com/index.php?id=47&user_radio_pi1[program]=49428
Amicalement,"Cécile
Ex traits  -  A propos des attentats qui ont frappé Paris :
"Ce qui m'a marqué dans les manifestations, c'est cet élan patriotique, ce besoin de collectif, de retrouver les choses et, en même temps, des choses très étranges, des déclarations d'amour universel au moment même où on commet des massacres de masse", a relevé l'auteur du récent Malaise dans la démocratie. Je pense que les sociétés démocratiques européennes, la France, mais pas simplement la France ont de grandes difficultés à reconnaître qu'elles ont des ennemis. On dit : 'on ne veut pas d'ennemi', mais l'ennemi, c'est lui qui vous désigne. Vous dites : 'mais moi, je cultive mon jardin'. Et bien, il viendra vous chercher dans votre jardin."
"C'est lié à une période historique particulière, où les sociétés démocratiques ont relativement vécu en paix, et tout d'un coup, il faut assumer le fait, et on ne comprend pas d'ailleurs comment c'est possible, qu'il y ait encore de la haine, qu'ils (les terroristes) veulent nous détruire, alors qu'on pense qu'on est si gentils d'une certaine façon et qu'on a des mœurs plutôt pacifiés."
Point de vue sur le changement éducatif :
Phénomène de  désocialisation, de déstructuration des enfants. Ils deviennent des individus qui sous des apparences sûrs d’eux même sont extrêmement fragiles, ce sont des adultes  mal finis. La période de l’enfance, doit être une période d’insouciance. Aujourd’hui, il n’y a plus différentes étapes. On impose aux enfants d’avoir déjà des raisonnements et des attitudes d’adultes. Or, si vous n’avez pas cette étape d’insouciance, vous ne pouvez pas grandir.
A l’adolescence tout est possible mais cette période de génie doit être encadrée. Aujourd’hui il n’y a plus de rituels pour aider à grandir, à passer des étapes, à être à l’épreuve du réel.
Ce nouveau type d’individus va avoir des responsabilités. C’est dangereux.
On est passé d’une génération de gens rigides, à des gens qui n’ont pas de freins, qui peuvent passer à l’acte.
Aldo Naouri le dit sans détour : « On est en train de fabriquer des générations de pervers .»