La vie à deux

Qu’est-ce qu’elles ont dans la tête ces filles qui se préparent au mariage en démarrant avant une vie commune avec leur chéri ? Evidemment c’est pratique et économique : payer un loyer au lieu de deux, c’est toujours ça de pris ! Et surtout, on s’aime et on veut se le dire autrement que par textos enflammés, en ayant froid au pied, tout seul dans son lit.

Mais c’est quoi le mariage ? Avoir sa photo en robe blanche sur le piano de Mamie ? Eh bien non, en fait. Se marier, c’est vivre une promesse. La promesse que tout mon présent est dès maintenant et pour toujours arrimé au présent et à l’avenir d’un autre.
Alors apprenons aux filles à ne pas se soumettre aux logiques économiques ; leur entreprise s’en chargera assez tôt. 

Oui, tu vaux le coup qu’un garçon jette de l’argent par les fenêtres pour toi, parce qu’il t’aime et t’espère. Et espérons que dans la vie, grâce à cet entrainement, il saura souvent se dépenser pour toi.
Ceux qui te font croire qu’il ira voir ailleurs se trompent : non, ton gars n’a pas le feu aux soutes en 24/24 et parions qu’il ne considère pas les filles comme des « open bars ».
Mais au fond, à quoi bon attendre quand on peut tout avoir tout de suite ? Regarder passer les trains, merci bien, ça ne sert pas à ça la jeunesse.

La question n’est pas simplement d’apprendre à un garçon à t’attendre, mais de lui apprendre à t’espérer. A s’enraciner dans la certitude que tu es un bien immense et précieux; La mise à distance physique est difficile à vivre pour vous deux. Elle est encore plus difficile pour lui. Or, tu mérites d’être désirée, espérée,  et rien que toi : tu as rencontré un garçon, tu fabriqueras un homme ; qu’on se batte et qu’on surmonte des difficultés pour toi.

Tu mérites qu’il prenne le temps de te connaître, d’interroger ton cœur et tes aspirations, de te voir aller et venir, de considérer et d’admirer comment tu mènes ta vie ; gratuitement, même s’il sait qu’il n’y aura pas à la clé une bonne « réchauffade » sous la couette.
Jusqu’au jour où vous vivrez tous les deux cette promesse échangée.

Démarrer à l’avance une vie commune ne prépare en rien un homme au mariage, mais l’habitue juste à coucher avec quelqu’un qui n’est pas sa femme.
Comme apprentissage de la fidélité, on repassera.

Jeanne Larghero