"Le bonheur en famille"

Stage à Hawaï
Dans presque toutes les écoles post-bac, un certain nombre de stages sont intégrés au cursus scolaire, et certains doivent, plus particulièrement se tenir à l’étranger. Il est bon en effet que les étudiants apprennent une seconde, voire une troisième langue. A l’étranger ou non, ce système de stage plonge nos enfants dans un milieu bien différent de celui qu’ils connaissent et leur ouvre les yeux sur un certain nombre de réalités.
Notre fils Paul, arrivée en troisième année de son école d’agriculture, doit trouver un stage de quatre mois dans un pays anglophone. Après avoir passé l’année précédente un grand mois dans une ferme irlandaise, il aspire à d’autres cieux et d’autres centres d’intérêts. En fait il sait, depuis un voyage aux Etat-Unis, qu’après avoir arpenté le parc national du Yellowstone l’été, il serait merveilleux de découvrir ces mêmes terres et tous les animaux sauvages, au plein cœur de l’hiver. Comment trouver ?
Internet bien sûr, c’est rapide et ça vous met, en quelques clics, en relation avec le monde entier. Moteur de recherche, clic, Yellowstone, clic et vous voilà au cœur du fabuleux parc américain. Vous pouvez même voir l’extraordinaire geyser « old faithfull » -vieux copain en français – cracher ses tonnes d’eau chaude  en direct.
Paul rêve, c’est vraiment là qu’il veut aller. En parcourant le site, il découvre une adresse mail. Il aligne trois mots d’anglais pour faire sa demande et à sa grande surprise une réponse arrive. A l’autre bout du monde il y a une interlocutrice : Lydia. Alors, dans son anglais des plus folkloriques, il commence à engager la conversation virtuelle.
Très vite il s’aperçoit que cela ne va pas être aussi simple, que son anglais est bien pauvre pour expliquer ce qu’il souhaite et le fonctionnement des stages dans son école. C’est le moment de se rappeler que son papa parle bien anglais, et hop, le voilà dans le coup. C’est Paul qui fait tout. Le rôle de mon mari est juste d’affiner les phrases, de supprimer les fautes les plus grosses, … et quand même de remettre un peu les pieds sur terre à notre petit phénomène. Est-ce que c’est vraiment possible, est-ce que les étrangers ont accès à ce genre de stage, quelles sont les démarches, peut-on obtenir un visa, combien ça coûte en trajet…et, y a-t-il des subventions possibles ? Paul soupire et se penche sur les questions les unes après les autres, mais une seule chose l’intéresse, la réponse de Lydia, de l’autre côté de l’Atlantique qui doit lui dire si oui ou non il y a une place pour lui.
Aujourd’hui la réponse est tombée. Actuellement le parc du Yellowstone ne prend plus de stagiaires étrangers. Déception immense de Paul, mais le mail ne s’arrête pas là. Depuis qu’ils échangent des messages, on a senti l’intérêt de Lydia grandir pour ce jeune étudiant Français qui ne doute de rien, et gentiment elle lui propose : «Veux-tu que je cherche un stage dans un autre parc, es-tu prêt à aller n’importe où ? ».
Paul est déçu, très déçu, cela ne l’empêche pas de répondre « oui » à la gentille proposition de Lydia .
Si vous devinez d’ici demain où Lydia propose de l’envoyer, c’est que vous êtes très forts.
A demain

B.Janilec