Il y a moins de familles nombreuses en France.

(quel dommage pour les parents et les enfants! B.J)


«35% des couples avec quatre enfants ou plus vivent sous le seuil de pauvreté», pointe l'Insee.
«Avoir trois enfants ou plus à la maison», une étude inédite de l'Insee, se penche sur les conditions de vie des familles nombreuses.
À l'heure du règne de la famille à deux enfants, on oublierait presque qu'une famille sur cinq est encore dite «nombreuse». En 2011, la France comptait 1,7 million de familles de trois enfants ou plus dont au moins un mineur, indique l'Insee qui s'est penché sur leur cas dans une étude qui paraît ce mardi. Mais ces dernières se raréfient.
«En France, la part de ces familles nombreuses a diminué de 3 points entre 1999 et 2011», relève l'étude.

«Plus on a de frères et soeurs et plus la probabilité est forte d'avoir une famille nombreuse. La fécondité des parents influence donc parfois celle des enfants», analyse l'Insee. Deuxième «moteur», avoir deux garçons ou deux filles incite à faire «un petit troisième».

Quatre familles nombreuses sur six sont «traditionnelles», c'est à dire composées de deux parents vivant avec leurs enfants communs.

Sans surprise, le taux d'activité des mères de grandes «couvées» est également très parlant. «92% des femmes qui ont un seul enfant à la maison sont présentes sur le marché du travail contre 78% de celles qui élèvent trois enfants et 59% de celles qui en ont quatre ou plus».

En outre, si les immigrés ont plus d'enfants à la maison (36% de familles nombreuses contre 20%), ce n'est pas le cas de leurs descendants.
Agnès Leclair le 13/01/2015 le Figaro