"Marie-toi et sois soumise" 

 Rédigé par JB Noé le 17 janvier 2016. L'actu
Index

Moins d’un an après avoir été Charlie et manifestée pour la liberté d’expression, la foule s’en prend à un livre au titre provocateur Marie-toi et sois soumise ! Une pétition a été ouverte, qui a recueilli 2 500 signatures : on ne défend pas la liberté d’expression à moitié. Et pour mieux témoigner du degré de tolérance et d’humour qui traverse notre société, une lettre a été envoyée au ministre chargée du droit des femmes pour lui demander d’interdire l’ouvrage.
 
Le ministre pourra ainsi faire montre de son utilité, même si la tolérance ne va pas jusqu’à demander l’éradication de l’auteur du livre et l’emprisonnement de ses lecteurs. Aucun auteur libéral n’ayant eu droit à de tels égards de la part de ceux qui défendent et la liberté d’expression et la tolérance, on ne peut donc être que curieux de savoir ce que recèle ce livre pour susciter autant d’hystérie.

L’auteur est une journaliste italienne de la RAI, Costanza Miriano, qui s’intéresse notamment aux questions familiales. Elle a publié deux livres, un pour les femmes Marie-toi et sois soumises ! et un pour les hommes : Epouse-la et meurs pour elle. L’éditeur français ayant eu le bon goût de donner une couverture rose au livre féminin et bleu à celui destiné aux hommes virils, on comprendra d’emblée que les livres ne sont pas pro-gender.
Le livre est un grand succès en Italie, parce qu’il parle de la famille, et parce qu’il le fait avec beaucoup d’humour et de clairvoyance. Costanza Miriano écrit dans un style très vif, où elle mêle des références littéraires de grande ampleur à des allusions aux séries télévisées. Il ne s’agit pas d’un recueil de conseils, du type comment faire quand un enfant pleure la nuit, ou bien comment tout réussir avant l’âge de six ans, mais d’une façon de réfléchir au rôle de la femme et de l’homme aujourd’hui, en leur permettant d’assumer leur maternité et leur paternité, de respecter les rôles de chacun, pour que les foyers soient stables, que les époux s’épanouissent et que les enfants soient heureux.
Les livres se présentent sous forme de lettres écrites à des amies (imaginaires ou presque) où Costanza Miriano part de son expérience de mère pour traiter des thèmes familiaux. Ce sont des ouvrages très agréables à lire, où l’humour et le ton décalé sont mis au service d’une vraie réflexion sur le rôle des parents et leur action essentielle pour la croissance des enfants. Il y a beaucoup de troisième degré, d’où les titres, mais surtout beaucoup de profondeur.
Dommage que ceux qui ont signé la pétition pour demander l’interdiction des ouvrages n’aient pas pris la peine de les ouvrir.