La "génération Bataclan" sacrifiée par la gauche... (même si elle n'est pas seule en cause. BJ)

On exalte la jeunesse qui serait le "visage de la France", mais elle est la première victime d'une politique impuissante à réduire la dette et le chômage.

Publié le  | Le Point.fr




La sphère médiatique peine à sortir de l'union nationale. C'est béats que les commentateurs ont accompagné le nouvel état de grâce de la gauche au pouvoir; c'est béats qu'ils ont ouvert la "Cop 21" qui a conduit les pouvoirs publics à donner des consignes ridicules aux habitants d'Ile-de-France (« lundi, ne prenez ni les transports en commun ni votre voiture ; si vraiment vous tenez à aller travailler, proposez une visioconférence à votre employeur ») ; et c'est béats d'admiration devant la gauche qu'ils ont couvert d'avanies la droite lorsque celle-ci a tenté de faire entendre sa voix à l'Assemblée Nationale. À entendre la plupart des journalistes parisiens, nous avons un gouvernement exemplaire.
Deux mauvaises nouvelles viennent pourtant démentir cette idylle. Selon les dernières statistiques de l'Insee, nous avons atteint les 10,6 % de chômeurs, soit le plus fort taux depuis 1997. Notre voisin allemand, lui, est à 6 %... son plus bas niveau depuis 24 ans. Qu'on n'aille donc pas nous expliquer que c'est conjoncturel ou que c'est européen : c'est français, et c'est le résultat de la politique menée par le pouvoir en place.
Autre chiffre : l'OCDE nous apprend dans un récent rapport que notre pays est numéro deux mondial du taux d'imposition, derrière le Danemark, avec des recettes fiscales atteignant 45,2 % du PIB. Ceux qui ont fait croire que les socialistes allaient baisser les impôts, comme ils l'ont promis avec une mauvaise foi invraisemblable qui n'aurait pas dû tromper les médias, peuvent réécrire leurs articles. C'est la gauche la plus enténébrée qui gouverne. On pourrait décréter l'état d'urgence pour calamité publique.

Génération humiliée

François Hollande et beaucoup d'autres se sont fendus d'odes à la jeunesse, expliquant que c'est elle qui avait été touchée par les attentats, que les jeunes du Bataclan étaient désormais le visage de la France, que la nouvelle génération était notre espoir, et patati et patata. La nouvelle génération chère à M. Hollande subit et subira ces politiques irresponsables qui ont fait de la France un gigantesque ménage surendetté et saigné à blanc. Elle subit et subira les renoncements des barons de la chose publique qui, pour quelques fromages, ont laissé sciemment le pays s'effondrer.
Elle subit d'ores et déjà mille permanentes humiliations, du logement au salaire, que diverses allocations ou emplois dits d'avenir n'épongent pas une seconde. D'ailleurs, la jeunesse la plus opiniâtre (mais pas la plus patriote) ne s'y trompe pas, elle qui émigre vers des terres libérales comme l'Angleterre ou les États-Unis, que les socialistes au pouvoir passent pourtant leur temps à décrire comme des enfers en vantant nos systèmes de santé, d'indemnisation du chômage ou d'éducation comme si nous n'étions pas dans tous ces domaines dépassés par de nombreux pays depuis longtemps.

Une grandiloquence vide de sens

Il ne sert à rien d'être grandiloquent dans les discours si on ne fait rien. « Mobiliser tous les acteurs de la communauté éducative », parler du « devenir citoyen » des jeunes ou de notre capacité à « faire France », des « valeurs de la République » ou du sacro-saint « Padamalgam » (sans doute un nouveau médicament des laboratoires Servier ?), outre la laideur de la langue, est parfaitement vide de sens et la droite a loupé une belle occasion de faire entendre, à l'occasion des élections régionales, un autre son de cloche.
Disons les choses clairement : il y a en France un réel appétit pour le changement, et ce changement passe par un grand vent de liberté. Cela ne fera pas plaisir aux militants associatifs plus ou moins liés au Parti socialiste, ni aux journalistes fonctionnarisés plus ou moins liés au Parti socialiste, ni aux syndicalistes plus ou moins…, ni aux intermittents, etc., mais c'est chaque jour plus urgent et c'est chaque jour que nous constatons l'incroyable lourdeur que cause en France la mainmise de quelques insignifiants énarques sur l'État.

Image pour le résultat associé aux actualités
On exalte la jeunesse qui serait le "visage de la France", mais elle est la première victime ...