"Le bonheur en famille:" Journée noire? heureusement il y a la nuit!



Aujourd’hui tout va mal. Il ne fait pas beau, et les enfants se sont levés du mauvais pied… honnêtement, je crois que c’est moi qui suis de mauvaise humeur. Mais le fait est là. 
Le bol du petit déjeuner a été renversé, le déjeuner à moitié brûlé a recueilli la soupe à la grimace, les notes pas terribles ont provoqué des remous, mon mari s’est tracassé toute la journée pour un gros outil en panne;  quant à notre chienne, elle n’a rien trouvé de mieux que de se glisser sous la haie des voisins et de croquer avidement le beau ballon tout neuf qui traînait dans le jardin. Vivement ce soir qu’on se couche. !

La nuit est là, et je me suis endormie comme une masse. Soudain je me réveille l’oreille aux aguets : il y a un enfant qui pleure. J’écoute pour essayer de reconnaître qui est encore réveillé à cette heure-là. Qu’elle heure est-il d’ailleurs ? 4 heures.
Que je suis bête c’est notre bébé qui a faim. Il faut que je me lève et c’est dur.
Bernard à côté de moi dort comme une pioche. Les pleurs des enfants ne l’ont jamais réveillé, et c’est très bien comme ça, même si ça me fait râler. Son métier est dur et il a besoin de récupérer.

Je suis encore endormie et j’ai du mal à enfiler mes pantoufles, mais j’ai déjà le sourire aux lèvres. Je sais que c’est idiot, la nuit est faite pour dormir même pour les bébés, mais voilà, je n’ai jamais réussi à forcer ma nature et laisser pleurer nos enfants.
Je me lève et marche vers la cuisine, préparer un biberon de lait.
J’ouvre la porte de la chambre du bébé qui m’a entendu arriver et ses pleurs s’arrêtent. 

La lumière du couloir éclaire faiblement la chambre mais je vois dans le noir, deux grands yeux qui brillent… je souris et le visage de notre petite fille s’illumine. Je la prends dans les bras, lui donne son biberon et la tiens serrée contre moi.
Toutes les deux au creux du canapé, qu’est-ce qu’on est bien. Je lui raconte plein de choses, « que c’est le plus beau bébé du monde mais que c’est une petite gourmande, … qui a deux mois devrait déjà faire ses nuits depuis longtemps. Qu’elle me tient bien chaud et que c’est agréable et puis surtout qu’il va falloir qu’elle se rendorme très vite sans plus déranger sa petite maman chérie ».

Elle me regarde, par-dessus la tétine de son biberon d’un air tellement confiant et de béatitude, que je ris. Je suis aussi mal partie qu’avec les autres. Elle n’est pas prête à laisser passer ce moment où nous sommes si bien.
C’est vrai … la nuit est faite pour dormir, mais quand il fait  presque noir, et que tout dort dans la maison, le silence est encore plus présent et je ne vois rien de plus merveilleux que de tenir dans les bras, son bébé qui vous regarde avec adoration.

Demain va être un beau jour.

Brigitte Janilec
                                              ********** 6 novembre 2015