Histoire de la France pour les enfants –IIIème Partie : Le temps des rois (du 15ème au 18ème siècle)*

Au 17ème et 18ème siècle se développent les activités industrielles.
Sous l’impulsion du commerce, la production industrielle s’accroît, elle est favorisée par des innovations techniques.

L’industrie textile.
La machine à faire le fil remplace le rouet.
Le métier à tisser mécanique accélère la fabrication des tissus et ne cessera de se perfectionner.
Des manufactures d’Etat ont été créées : Colbert pensait que pour avoir de bonnes marchandises à vendre, il fallait aider ou créer des entreprises industrielles. Les manufactures fabriquent surtout des produits de luxe, toujours afin d’éviter leur achat à l’étranger. Elles se multiplient au 18ème siècle. Ce sont :
            des tapisseries et des meubles à la manufacture royale des Gobelins ;
            des soieries à Saint Maur des Fossés ;
            des dentelles à Reims et Alençon ;
            des tapisseries à Beauvais ;
            des verreries et des glaces à Saint Gobain.

Une industrie navale importante.
Pour alimenter et soutenir le commerce maritime et défendre nos colonies, Colbert avait favorisé le développement de la marine, marine de commerce mais aussi marine de guerre, ceci à cause de la piraterie courante à cette époque, mais de plus, et surtout à cause des conflits avec l’Angleterre, à propos des colonies.

D’importantes fabriques d’armes.
Elles avaient été rendues nécessaires par les interminables guerres du règne de Louis XIV, par la défense de notre empire colonial et par la piraterie qui obligeait même les navires de commerce à s’armer de canons.

Des essais pour utiliser une nouvelle source d’énergie : la vapeur.
On essaie d’employer la vapeur pour actionner les moteurs.
Le Français François Cugnot imagine un véhicule à moteur pour tirer les canons, en 1769. C’est le fameux fardier, ancêtre de l’automobile ; on peut le voir au musée des techniques à Paris.
Un autre Français fait remonter la Seine à un bateau muni d’une roue à aubes actionnée par la vapeur.
Mais on ne comprend pas tout de suite l’avantage que l’on pourrait en tirer.
On se contente d’utiliser la force de la vapeur pour le pompage des eaux, dans les mines ou dans les rivières pour l’alimentation des villes.
Il faudra attendre le 19ème siècle, pour voir la vapeur actionner les chemins de fer et les navires.
Pour assurer des débouchés extérieurs à son industrie, la France devait être une grande puissance commerciale.

Rose Gralhon

*Retrouvez les chapitres précédents dans « libellés », à la rubrique : « Histoire de France pour nos enfants. »
                                                                *************** 10 novembre 2015