Rire, sourire...


PLUS DURE SERA LA CHUTE 

Ou : « On ne naît pas raciste, on le devient »
 
A l’école maternelle mon fils avait un petit camarade métis. On n’avait jamais vu le père  Mais un jour alors que mon fils a dans les 4/5 ans, il est là,  exceptionnellement. Nous nous dirigeons vers l’école, tous deux en reviennent  La peau très foncée du  père d’origine africaine contraste très fort avec l’extrême blancheur du visage de la mère, encore accentuée par des cheveux très noirs.

 Mon fils les regarde fixement pendant qu’ils viennent  à notre rencontre, visiblement intrigué. Il ne les quitte pas des yeux lorsqu’ils passent à côté de nous, puis il se retourne et, figé, il les regarde s’éloigner, toujours absorbé par ses pensées. Le temps passe et je suis obligée de l’appeler pour l’en arracher.  
Il court alors vers moi tout excité
« Maman , maman, !!!!!  les  parents de Jonathan!!!!!!  ………    l’homme !!!!, ………….. l’homme !!!!  ……l’homme !!!!!!! 

(Il est obligé de s’y reprendre à plusieurs fois, tellement il est surpris par l’incongruité de son constat)

«Les parents de Jonathan,  l’homme , il est ………il est …..PLUS PETIT que la femme !!!!!! 

( « le plus grand, le plus fort c’est forcément mon papa »  NDLR)
Marie-Rose

                                                ********************** 8 octobre 2015