La vérité sur l’amour – éducation sexuelle de 12 à 15 ans (suite 8)*


(…)Tandis que les ovaires féminins ne sécrètent qu’un seul ovule tous les 28 jours, les testicules masculins, eux, produisent une quantité fantastique de spermatozoïdes qui sont les graines reproductrices destinées à la fécondation de l’ovule (autrement dit l’équivalent du pollen dans le monde végétal)
Cette production est continue et non rythmée comme l’ovulation féminine. Lorsque la puberté apparaît, il arrive souvent qu’un jeune garçon sous la poussée de cette sexualité récente, ait en dormant des émissions de sperme.

Dans les jardins d’été, les balsamines tendues sur leur semence mûre, éclatent lorsqu’on les effleure, et projettent au-dehors des graines dont elles étaient gonflées.
Ainsi, le sexe masculin se durcit, et se gonfle, et projette au-dehors ce trop-plein de sève qui affluait en lui.

Il n’y a pas lieu de s’en inquiéter plus que de la croissance des fleurs et des jeunes arbres.
Si la sensation qui se produit alors, est une sensation d’apaisement et de détente comme après un orage, chaque garçon doit savoir que, se la procurer à nouveau (puisqu’une excitation un peu prolongée du sexe peut la renouveler) risque de devenir pour son corps encore neuf, une habitude : celle d’un plaisir en circuit fermé.
Ce don de plaisir, il devra apprendre, dans son mariage futur, à le partager, et non à l’éprouver seul.
La masturbation n’est pas dangereuse pour l’organisme. C’est seulement un égoïsme, et nul bonheur réel ne peut jamais provenir d’un égoïsme.


Marie Claude Monchaux
*Pour retrouver les chapitres précédents, cliquer dans la colonne « Libellés » sur « Vérité sur l’amour »
                                                       *********************