Chapitre VIII
L’enfant

De 7 à 12 ans.
 C’est normalement l’âge de tous les bonheurs, celui où l’enfant est en paix avec lui et avec ses parents. Vous ne trouverez pas ici un traité de pédagogie, ou comment gérer votre journée, mais plutôt quelques remarques de bon sens rendues possible par le fait que vous soyez femme au foyer.
Il a l’âge de raison. Il a acquis la plupart des bases qui lui sont indispensables pour parler, écouter, obéir, apprendre et commencer à exercer ses dons. Maintenant il va les mettre en pratique, il fait ses expériences et tout en se détachant  il a besoin de vous pour contrôler, encourager ou dire non.
A cet âge-là, par votre présence constante vous avez une bonne connaissance de votre enfant, de même que lui vous connaît bien. Usez de ce lien. Même s’il ne dit rien son expression, son attitude, sa démarche, ses mots, tout vous dira dans quel état d’esprit il se trouve : heureux, malheureux, fier, inquiet, s’il a fait quelque chose de formidable ou alors une bêtise… Et il s’attend à une réaction de votre part, il veut savoir si son sentiment est le bon, il espère une validation ou non de son comportement, de ses actions,. C’est une grande part de son apprentissage et c’est à vous de l’épauler pour le faire grandir.
Si vous le pouvez : Continuez à aller le chercher à l’école tant que c’est possible ou du moins soyez à la maison quand il rentre. Il faut savoir que les enfants disent les choses tout de suite, après c’est trop tard : soit ils ont oublié, soit ils n’ont plus envie d’en parler, mais le résultat est le même, vous ne saurez pas ce qui se passe et ne pourrez pas désamorcer un problème éventuel, ou entendre les confidences.
C’est magique : la porte claque, les cartables sont jetés dans le couloir et le merveilleux: « Maman t’es où ? » retentit.


Dès que vous le voyez juste après l’école, à sa tête vous saurez s’il se passe quelque chose. Ce bref instant où rien qu’en le voyant vous savez quelle est son humeur, est capital. Il se passe beaucoup de choses à l’école, des bonnes et des moins bonnes et il est beaucoup plus facile d’obtenir des confidences quand le souvenir de ce qui a eu lieu dans la journée est encore tout chaud. Votre bon sens de maman et la connaissance que vous avez de lui vous permettra de poser les bonnes questions au bon moment.