Petit Guide de la femme au foyer... et du bonheur de vivre.

Chapitre I
Vous
Il faut bien le reconnaître sur cette terre, votre premier cadeau, c’est vous !
Ce n’est peut-être pas ce qu’on vous a dit, ni ce que vous pensez mais c’est vrai. Vous avez en vous tout ce qu’il faut pour réaliser vos rêves, les adapter à la réalité et gérer votre vie.
Vous n’allez sûrement pas vous ennuyer car en plus d’être une femme au foyer épouse et mère, vous aller pouvoir garder vos beaux rôles de fille, sœur, amie, voisine, grand-mère peut-être et j’en passe ! Cela fera d’ailleurs l’objet d’un autre  chapitre.

Votre foyer
Dans « Femme au foyer » il y a femme, c’est vous, et il y a foyer. Commençons par le foyer, ce mot presque oublié mais qui représente la chaleur, l’âme de la maison et qui peut être votre appartement, votre cabane ou votre château. L’important c’est la question qui va avec: « est-ce qu’il me plait mon foyer ? »

C’est encore mieux en le disant : « La maison n’est pas seulement l’endroit en ordre où l’on mange, où l’on dort, elle doit avoir une âme à l’image de ceux qui l’habitent, être pour les étrangers qui y pénètrent le reflet de ce que nous sommes. »

Regardez-le d’un œil critique votre foyer, plissez les yeux, passez d’une pièce à l’autre…  Vous allez y passez du temps, les autres aussi sans doute puisqu’ils vont aimer être où vous êtes. Donc première chose soyez bien chez vous.
« Est-ce que je l’aime ma maison ? »
Si la réponse est oui, tout va bien.
Dans le cas où vous êtes toute nouvelle femme au foyer,  il doit bien y avoir quelques petites choses à changer, histoire d’avoir un bureau à vous, ou une table, un coin pour lire, écrire, téléphoner bref pour  poser vos affaires.
Si la réponse est non: changer.
Pas forcément changer de lieu même si parfois des questions économiques, de place ou autre l’imposent et que finalement cela vienne au bon moment pour accompagner votre nouvelle vie. Mais changer de cadre à l'intérieur du cadre : bouger les meubles, changer l’affectation des pièces, redonner un coup de neuf, un coup de propre, mettre des rideaux qui claquent, rajouter de la lumière, affiner les rangements…que sais-je ? Et mettre un petit bouquet de fleurs sur la table.   Il faut être bien chez vous. C’est à la fois votre foyer, votre atelier, votre lieu de travail. Vous y passez du temps, il faut aimer y être.

Magique : suggérez à votre cher et tendre conjoint de vous faire la surprise de s’arrêter sur le chemin du retour et de vous rapporter (souvent) un petit bouquet de fleurs et surtout, montrez-lui à chaque fois combien cela vous fait plaisir.

Ranger sa maison et la tenir propre est important mais pas à n’importe quel prix.
Ni trop en faire ni pas assez : vous n’aurez ni le temps ni le pouvoir d’être « maniaque » ou cela sera au détriment d’une vie agréable à la maison ;mais ne pas en faire assez et laisser le désordre ou la saleté s’installer n’est pas confortable non plus. Ne croyez pas que tout soit désagréable lorsque l’on s’occupe de sa maison. C’est comme pour tout, chacun a ses spécialités et ses façons d’enjoliver le travail. Le travail répétitif qui est demandé a une grande qualité : il vous libère le cerveau et vous permet de penser et de réfléchir. C’est un grand privilège et un rôle immense, vous allez voir. Cela fait peut-être parti des raisons qui ont poussé et poussent encore « certains » à vouloir mettre toutes les femmes au travail pour les sortir de leur maison.

C’est encore mieux en le disant : comme Anne Brassié et Stéphanie Bignon dans « CESSEZ de nous libérer » : « Nous sommes accablé de mensonges sur le féminisme et la laïcité […]les féministes prétendent défendre la femme en la persuadant d’abandonner sa vocation de mère et d’épouse, en la réduisant à un rôle d’agent de production et en l’isolant. […] Certains voulant asservir notre société, il fallait commencer par en saper les fondations. Il fallait anéantir la fonction de transmission de la femme, sa fertilité, le don, la gratuité et l’amour. Objectif presque atteint. »

Avant toute chose, il faut toujours bannir les excès : « Le mieux est l’ennemi du bien. » Si tout n’est pas impeccable, quelle importance ? Vos enfants vous le diront sûrement : « elle n’est pas en désordre, la maison ; il y a de l’ambiance c’est tout ! »
Ah ! L’ambiance : c’est pour les enfants le cœur de ce nid douillet qui renferme au milieu d’un vague désordre d’objets toujours vus, la chaleur et l’amour des parents.

                                                         ************