Lundi dernier dans le journal Le Monde , un collectif de psychologues, orthophonistes, médecins et enseignants ont alerté sur les effets de l'usage précoce et abusif de la tablette numérique.


Dans leur tribune, les auteurs dressent un constat des conséquences délétères de l'usage excessif de la tablette chez les tout-petits. Ils font d'abord état de troubles de l'attention. En se concentrant sur les images et les sons attrayants de l'écran, l'enfant mobilise moins d'énergie pour ce qui importe vraiment, comme le développement du langage. Les six spécialistes dénoncent également des «programmes prétendument «interactifs», qui ne permettent pas l'échange propre à la communication humaine». Selon eux, l'excès de tablette serait l'une des causes de la hausse des consultations pour des retards de langage.

En séparant l'enfant de son environnement, le monde virtuel met en péril le développement de sa logique et de ses repères: «Le ballon roule si je donne un coup de pied dedans. Cette expérimentation est impossible via l'écran et peut même être biaisée: le carré peut rouler, l'œuf tomber sans se casser…». Quant au remplacement du duo papier-crayon par la tablette, les auteurs affirment que cela altère les capacités graphiques de l'enfant.
La liste des dommages dont font état les auteurs ne s'arrête pas là. Ils concluent ironiquement en rappelant que l'année dernière, le fondateur d'Apple Steve Jobs a déclaré au New-York Times avoir choisi de limiter l'utilisation des nouvelles technologiques par ses enfants, et appellent à la mise en place de recommandations claires de limitation pour tous les enfants.
                       
                                                     ******