"Le bonheur en famille" : Rentrée des classes


Il y a des moments où vous êtes tranquille. La rentrée des classes arrive mais vous êtes rodée. Les aînés sont à l’école depuis deux ou trois ans déjà et ils sont contents de retrouver leurs amis après ces deux mois de vacances. Bien sûr votre petit bonhomme rentre en classe pour la 1ère fois mais il a accompagné les grands avec un tel plaisir l’année dernière que vous ne doutez pas qu’il sera très à son aise le jour J.

Les fournitures scolaires ont été achetées : du rouge pour l’une, du bleu pour l’autre comme d’habitude et cette année j’ai rajouté un petit cartable de Babar, un cahier jaune et des crayons de couleurs. Les yeux brillants du futur écolier font plaisir à voir.
J’ai quand même été un peu surprise au moment du coucher lorsque j’ai entendu une petite voix inquiète « Maman, j’ai pas envie d’aller à l’école » Je me suis penchée vers lui et tout doucement je lui ai dit : « t’inquiète pas mon petit bonhomme tu vas bien aimer l’école toi aussi ».

Le lendemain matin la maison est en effervescence. Tout avait pourtant été bien préparé mais il faut revérifier, les enfants sont  excités.
Mais allez, en route où nous allons être en retard. Le trajet se passe bien. Nous retrouvons la rivière, le lavoir et arrivons en vue de l’école. La toute petite main que je sens dans la mienne se crispe de plus en plus. Nous accompagnons les grands jusqu’à leur classe et nous nous dirigeons vers la petite école.

La maîtresse vient à notre rencontre et nous entendons : « Bonjour, bonjour, comme te voilà grandi, je suis tellement contente de t’avoir avec moi cette année. »
Un hoquet, un sanglot et la réponse ne se fait pas attendre ; «  je veux rester avec maman, je veux rester avec maman ». La voix est tellement triste, je suis toute retournée. Mais je ne dois pas céder et puis ma matinée est tellement chargée ! Il faut que je parte.

Pendant huit jours j’ai tenu bon … et puis j’ai craqué. Mon mari est d’accord avec moi, 3 ans et demi ce n’est pas bien grand, et la scolarité est longue. 

Alors, mon petit bonhomme et moi, tous les deux, nous avons repris le chemin de la garderie.
Aux vacances de la Toussaint j’ai refait une tentative, mais non.
Après Noël, je me suis dit que la nouvelle année allait déclencher des tas de choses, non plus. 
Vacances de février, anniversaire, non. J’entendais toujours : « maman, tu sais, je veux rester avec toi »

Aux vacances de Pâques nous sommes partis en Bretagne pour retrouver la famille. Au retour je n’ai même plus posé de questions. De toute manière il ne restait qu’un trimestre….

Comme d’habitude nous avons accompagné les grands et en passant devant la petite école « Noiraud »* m’a dit de sa petite voix « Maman, tu peux me laisser je vais à l’école aujourd’hui.
Et moi bêtement ; « Mais tu n’as même pas ton cartable »,
« C’est pas grave, Mini m’a dit que si je n’y allais pas je  prendrai du retard sur elle et que je serai bête ».

Mini, c’est sa cousine, sa cousine préférée, elle a trois semaines de plus que lui. Déjà c’est l’aînée, alors, en plus prendre du retard à l’école, même à quatre ans ce n’est vraiment pas possible !
B. Janilec
*
Chaque enfant répond au prénom d’un des 7 petits amis de Caroline, dessiné par P. Probst

                                                                    **************