Histoire de la France pour nos enfants: Moyen-Age : Le grand essor des villes médiévales.


A partir du 11ème siècle, on assiste à une spectaculaire transformation des villes.

Des bourgs.
Souvent à côté d’un château fort ou d’une abbaye, un marché local est créé. C’est le point de départ d’une agglomération.
Les habitants viennent de 20 à 30 km alentour. Ainsi se forme un bourg. Il est bientôt entouré de remparts.
Ensuite, de nouveaux quartiers sont construits hors de l’enceinte. On les appelle les faubourgs.

Des villes neuves.
Elles apparaissent dans des endroits où le site favorise la communication : le long des côtes et des rivières, puis sur les chemins qui relient les premières villes entre elles.
L’indication : ville neuve se retrouve dans leur nom : Villeneuve-le-Comte, Villeneuve-lès-Avignon, Villeneuve-le-Roi, Neuville, Château-neuf…
Elles ont été créées entre les 11ème et 14ème siècles.

Dans les villes, des hommes nouveaux.
Ces hommes ne sont ni des seigneurs, ni des paysans. On les appelle les bourgeois.
Ils supportent de plus en plus difficilement l’autorité du seigneur qui pèse sur leur ville.
Ils se groupent alors en communes pour demander aux seigneurs des garanties et des avantages (des franchises) qui leur permettent d’avoir leur hôtel de ville, leur milice, leur beffroi, leur propre justice et leurs propres taxes.
Ils les obtiennent soit par le versement de grosses sommes d’argent soit par des luttes sanglantes.

Des besoins nouveaux multiplient les échanges.
Les seigneurs, comme les bourgeois enrichis veulent vivre toujours plus agréablement. Un commerce actif se développe dans les villes qui deviennent de nouveaux centres d’échanges.
Quatre villes, bien placées entre l’Italie du Nord et l’Europe du Nord, deviennent des lieux d’échanges internationaux : Lagny, Provins, Troyes et Bar-sur-Aube. Des marchands de tous pays s’y retrouvent.
On y échange les produits d’Orient contre ceux des régions du Nord : draps, fourrures, blé, poisson.

Les maisons médiévales.
Dans les villes les murs des maisons sont en bois et torchis (mélange de plâtre et de pierraille.)Les étages sont en saillie, les uns au-dessus des autres.
Au rez-de-chaussée s’ouvre la boutique d’un marchand ou l’échoppe d’un artisan.
Les étages sont occupés par les chambres et les greniers.
Eaux de pluie et eaux sales forment un ruisseau malpropre au milieu de la rue qui reçoit en outre toutes sortes de détritus.

Rose Gralhon
                                                  ****************