Histoire de la France pour les enfants –IIIème Partie : Le temps des rois (du 15ème au 18ème siècle)


Au 16ème siècle, l’art français se renouvelle.

La cour de François 1er devient un centre artistique.
Charles VIII puis son fils François Ier, convoitent la riche Italie. Ce pays est formé de multiples états continuellement en guerre. Ils organisent des expéditions militaires vers Naples et Milan entre 1494 et 1525. Malgré quelques succès (Marignan 1515), la France ne s’agrandit d’aucuns territoires.
Mais en Italie, les français ont été émerveillés par un art nouveau, basé sur l’imitation de l’Antiquité , appelé « Renaissance ». Ils y ont admiré les chefs-d’œuvre des grands artistes italiens tels que Léonard de Vinci, Michael Ange, Raphaël, ainsi que l’architecture des belles villes italiennes.
François 1er invite des artistes italiens à la Cour de France.
L’art français se renouvelle, sans jamais imiter l’art italien.

Le château évolue.
Les meurtrières ont fait places à de larges baies sculptées. Des rampes ajourées courent au long des toitures. Les cheminées s’ornent de sculptures. Des terrasses, des bosquets, des fontaines, des parterres de fleurs, des volières prouvent un nouvel art de vivre.
Les plus belles de ces résidences se trouvent dans les pays de Loire : à côté des châteaux royaux déjà nommés, les châteaux de Chenonceau, Anet, Chaumont, Azay-le-Rideau sont édifiés par des princes, mais aussi par de grands bourgeois.
Près de Paris, François Ier fait construire le château de Fontainebleau.
Sculpteurs et peintres français de cette époque, Jean Goujon, Germain Pilon, François Clouet, nous ont laissé des chefs-d’œuvre que l’on admire encore.

Le confort et le luxe se retrouvent partout.
Dans le mobilier : les coffres sont sculptés et se transforment souvent en buffets ; tables en bois de cyprès, objets en ivoire, vase d’étain, tapisseries à personnages ornent les demeures des princes comme celles de la haute bourgeoisie.
Dans le costume : les draps fins, les soieries, les broderies rehaussées de fil d’or et d’argent, les belles fourrures, sont adoptés par tous ceux qui peuvent les acheter : on observe un  déplacement de la Cour.
Dans l’alimentation : abondance de viandes, plats rehaussés d’épices, vins fins, fruits exotiques, sucreries se trouvent couramment sur les tables des riches.
Les masses populaires restent en dehors de ces transformations.
Le chevalier fait place à un homme nouveau.

Rose Gralhon
                                                  *************** 29 septembre 2015