L'histoire de la France pour nos enfants


Le Moyen Age : Les paysans assurent l’exploitation des domaines

Ce sont les paysans qui font tout le travail.

Les revenus des seigneurs viennent essentiellement de sources agricoles de leurs domaines cultivés par les paysans.
            - Le paysan paie au seigneur une sorte de loyer en argent et en nature qui représente une partie de ses propres récoltes ;
            - Il doit aussi au seigneur des corvées, c’est-à-dire des journées de travail sur la réserve du seigneur et bien d’autres obligations comme par exemple : l’entretien du château, la réparation des clôtures, le nettoyage des ruisseaux, les charrois, les coupes de bois en forêt, etc… sans compter les amendes qui « punissent » toutes sortes de fautes.

Un dur travail pour de maigres ressources.
            Deux méthodes de travail peu productrices.
Aux 10ème et 11ème siècles, le fumier est rare (peu d’élevage) ; on ne peut amender la terre, c’est-à-dire l’améliorer. Le sol doit rester en jachère ou inculte, une année sur deux et même sur trois ou sur quatre suivant les régions.
On cultive surtout des céréales pour assurer la nourriture (blé, seigle pour le pain, base de l’alimentation) d’où très peu de prairies, très peu d’élevage, très peu de fumier.
Des outils peu efficaces : bêches, râteaux, faucilles, fourches, peu de charrues à roues.
De faibles rendements : on récolte le plus souvent trois fois ce que l’on a semé, cinq fois les meilleures années.

Une vie rude, rythmée par les travaux des champs.
Ils suivent le rythme des saisons et chaque jour, celui du soleil.
Leurs repas varient peu : potage quotidien de légumes plus ou moins épais (épinards, poireaux, courges, panais, choux) ; on y ajoute parfois un morceau de viande de porc salé ; on y trempe toujours du pain. L’ail, l’oignon, relèvent le goût. Des œufs, du fromage peuvent compéter le repas.
Le cochon est tué au début de l’hiver et conservé au sel.
Quelques distractions : les baptêmes, les mariages, les fêtes religieuses (heureusement nombreuses) coupent de temps en temps le travail monotone.
Un repas réunit alors tout le monde dans la prairie ; des jeux et des danses créent une joyeuse animation.
A l’église, peintures et sculptures leur racontent la vie exemplaire des saints et ils écoutent les sermons des prêtres.
Lorsque le paysan a prélevé sur ses maigres ressources, la part du seigneur, il lui reste tout juste de quoi vivre en temps normal.
S’il y a une guerre, si l’été est trop sec, l’hiver trop pluvieux ou trop froid, c’est la disette ou la famine.

Rose Gralhon
Retrouvez les premières pages de notre histoire de France:

Histoire de la France pour nos enfants - FEMMES ACTIVES ...

faef.blogspot.com/2015/.../histoire-de-la-france-pour-nos-enfants_18.ht...
Histoire de la France pour nos enfants. L'histoire c'est la vie, la vie de l'être humain depuis ses origines et l'enfant ne s'y trompe. S'il lui est difficile de saisir avec certitude la notion du temps, il peut ... Pour nous contacter: FAEF.UN@gmail.com ...


                                                  *************************