Histoire de la France pour nos enfants


La Gaule Romaine

La conquête romaine a sauvé l’unité de la Gaule. Elle va transformer le pays dans la paix et faire des Gaulois des Gallo-Romains.

De nombreuses villes sont construites sur le modèle romain. Les Romains ont apporté en Gaulle leurs techniques de constructions et de décorations : bâtiments en pierre taillées ou en briques liées au mortier, tuiles remplaçant les toits de chaume, murs intérieurs recouverts d’enduits, de peintures ou de marbre, sols décorés de mosaïques.
Les villes forment en général un grand quadrilatère coupé par deux axes : l’un Nord-Sud, l’autre Est-Ouest.
Elles comportent une grande place, le forum ; des aqueducs qui amènent l’eau, des égouts et bien sûr des demeures et des palais spacieux et luxueux.
On y trouve aussi :
- des théâtres et arènes pour les distractions
- des thermes qui associent à la pratique des sports, le délassement du bain, la contemplation d’œuvres d’art (peintures, mosaïques, sculptures), et le plaisir de la conversation.
- des odéons où l’on écoute de la musique
- enfin des portes monumentales (ou arcs de triomphe) destinés à glorifier l’armée romaine.
Nîmes, Vienne, Orange, Lyon, Arles, Béziers, tout comme Fréjus, Carpentras, Apt, Riez, Aix, Cavaillon, Avignon, Digne, Castel-Roussillon, sont des créations gallo-romaines et deviennent des centres de vie actifs.
Les Gaulois sont attirés par ces villes nouvelles bâties en matériaux solides et durables. Ils y trouvent agrément et confort. Ils s’habituent à un nouveau genre de vie.

Des exploitations agricoles sont créées. Là, comme dans les villes, les bâtiments de bois sont remplacés par des constructions en pierre.
Les fouilles ont révélé un grand nombre de domaines moyens qui, en général comprenaient des champs de culture, des prairies, des bois, mais aussi au cœur du domaine, la « villa » regroupant autour d’une cour centrale, l’habitation du propriétaire, celle de l’intendant et des thermes ; puis les granges, écuries, étables, celliers ; des ateliers (meunerie, forge, tissage, scierie, menuiserie) ; des brasseries dans le Nord ; des installations vinicoles dans le Sud.
Ces domaines s’étendaient en moyenne sur une centaine d’hectares. Mais, à côté de ce type courant, existaient aussi de vastes exploitations.
Les fouilles ont révélé aussi de grands domaines tels celui de Montmaurin : le marbre y abonde ; il devait employer 500 personnes et s’étendre sur 1 500 hectares. La villa devait couvrir 18 ha, la seule habitation du propriétaire, occupe une surface de 4 ha.
Rose Gralhon
                                                         *********************