"L'instinct maternel existe : je le rencontre tous les jours."


« Or, aujourd'hui, la société brise le lien mère-enfant en culpabilisant les mères à tout propos. Dès la naissance, puis lorsque le bébé entre en crèche, et ensuite à l'école, les mères sont contredites dans tous leurs élans instinctifs. Accusées d'être fusionnelles, surstimulantes ou, à l'inverse, absentes, quoi qu'elles fassent, quoi qu'elles disent, m'affirment les mamans, elles ont «toujours faux!»

 «Renier l'instinct maternel a sans doute été une étape nécessaire à la libération de la femme, mais cette attitude montre aujourd'hui ses limites: les jeunes mères sont déchirées entre ce qu'elles ressentent et ce qu'on leur dit (…)"

«Parce qu'il est d'une importance vitale de comprendre le rôle irremplaçable de la mère auprès du nourrisson et de respecter cette relation privilégiée, j'ai voulu réhabiliter l'instinct maternel. Je vous aiderai donc à comprendre: pourquoi la mère est à la fois si puissante et si fragile; pourquoi la mère ne réagit pas de la même façon devant un bébé fille ou un bébé garçon; comment et quand envisager la séparation d'avec le bébé; et comment le couple peut éviter de jouer la "chronique d'un divorce annoncé".

«Et l'instinct paternel, dans tout ça? (…) le vrai rôle du père, (est) bien plus important que celui qui consiste à changer bébé et à lui donner le biberon, sorte de mère-bis réductrice. Tout s'emboîte: le père est l'enveloppe protectrice du duo mère/enfant.

«Il y a beaucoup de façons d'être maternelle. Mais chaque être humain sait qu'il n'y a qu'une personne dont l'amour lui sera inconditionnel: sa mère.»

Edwige Antier – Eloge des Mères
                                                  *************