Les Prêtres : la RATP reconnaît son erreur


La présidente de la RATP, Mme Borne, a remis à Patrick Karam un courrier reconnaissant sans ambiguïté l’erreur d’appréciation de la RATP et indiquant que la RATP considérait les chrétiens d’Orient comme victimes et pas parties au conflit. La présidente de la RATP écrit :

« Nous reconnaissons qu’il ne peut être considéré que les Chrétiens d’Orient sont partie prenante dans ces conflits au plan militaire, ayant une position de victimes de persécutions en une violation du droit humanitaire international. 
Bien qu’ayant agi de bonne foi, nous admettons qu’il n’a pas été judicieux d’invoquer les principes de laïcité et de neutralité du service public dans le cas d’espèce, pour considérer que la RATP et Métrobus ne pouvaient “prendre partie dans un conflit de quelque nature qu’il soit”. Nous avons déjà fait montre de toute notre volonté de satisfaire vos demandes et aboutir à une résolution amiable de notre différend, en acceptant de diffuser une seconde campagne d’affichage, pour la même durée, à titre gratuit avec le bandeau initialement supprimé. »
                                                          ***************