Histoire de la France pour nos enfants


L’histoire c’est la vie, la vie de l’être humain depuis ses origines et l’enfant ne s’y trompe. S’il lui est difficile de saisir avec certitude la notion du temps, il peut se rendre compte, d’après la succession des grands faits de civilisation, que tout ce qui vit est transmis et que, en conséquence, chaque époque est la résultante de l’époque qui la précède et, souvent, de comportements plus éloignés encore.

Nos ancêtre les Gaulois étaient des Celtes

Au 5ème siècle avant JC, les Celtes occupent à peu près toute l’Europe. 
Cependant les Grecs occupent le Sud de la Gaule. En effet, ils sont venus s’installer sur la côte provençale dès le 6ème siècle avant JC. Ils y ont créé le port de Massilia (Marseille) et de nombreuses autres villes.
Ils font du commerce avec les Gaulois du sud qui apprennent d’eux l’usage de la monnaie. Ils apprennent également à lire l’écriture mis au point par les Grecs (inventé par les Egyptiens depuis le 3ème millénaire), mais ils ne l’écrivent pas. C’est pour cette raison que nous ne possédons aucun document écrit par nos ancêtres.

Des Grecs ont noté des souvenirs de leurs voyages en Gaule. Au 5ème siècle avant JC, Hérodote, écrivain et grand voyageur situe l’origine des Celtes aux sources du Danube. Il précise qu’ils occupent « largement l’Europe, de l’Est jusqu’à l’ouest.
Au cours du 1er siècle avant JC, le géographe Strabon indique que : « La partie de la  Gaule occupée par les Celtes, c’est-à-dire la partie que nous appelons Celtique, est limitée à l’ouest par la chaîne des Pyrénées, à l’Est par le Rhin… Ses limites au Nord et au Sud sont respectivement : l’Océan entre les Pyrénées et les bouches du Rhin, et, de l’autre côté, la mer qui baigne Massilia et Narbonne.
Didore de Sicile ajoute : La race que l’on appelle aujourd’hui gallique est passionnée de guerre, prompte à la colère et vit portée à se battre… ». «  Leur force vient en grande partie de leur taille qui est haute… l’armement est à la mesure de ces hommes : une grande épée que l’on suspend au côté droit, un bouclier… de grande dimension, des piques longues…et une sorte de javelot. Certains d’entre eux pratiquent l’arc et la fronde.

Les écrivains romains ajoutent des détails précis. Au cours du 25ème siècle avant JC, Caton note que les Celtes aiment par-dessus-tout l’art de la guerre et l’habileté de la parole. Il ajoute qu’ils sont hospitaliers, toujours prêts à défendre les faibles et qu’ils ont au plus haut degré le sens de l’honneur. L’historien Tacite est plus sévère : « Dispersés et grossiers, ils inclinent facilement à la guerre… Ce sont de véritables sauvages qui se précipitent au combat dans un vacarme effroyable, dans le but d’effrayer leurs adversaires. »
En 52 avant JC, Jules César raconte que : «  Les funérailles des Gaulois sont magnifiques et somptueuses ; tout ce qui a tenu à cœur au défunt pendant sa vie , on le met dans la tombe avec lui ; même les animaux.

Rose Gralhon