Article du Figaro: "Les filles de femmes actives font de meilleures carrières."


Voilà de quoi permettre aux femmes actives de déculpabiliser : selon une étude de la Harvard Business School, leurs filles seraient en effet plus enclines à faire carrière. On fait le point.
Le Figaro (voir lien ci-dessous)
                                                       **************
Je reçois cet article de Magali, un peu dépitée. On la comprend.
Mais quoi,  qu’y a-t-il d’étonnant ? On fait dire aux chiffres ce que l’on veut. 
Et tout est bon pour couler les femmes au foyer, surtout maintenant qu'elles relèvent la tête.

Déjà, l’étude porte sur les enfants dont la mère a été au moins un an active jusqu’à leur 14 ans. Donc par exemple,  si la Maman a travaillé un an, et s’est occupée de son enfant les 13 autres années, le bénéfice de la réussite de son enfant est pour les femmes « actives en dehors de leur foyer».
Avouez que c’est un peu abuser !

Par contre, l’article le montre bien et dès la première ligne : ces fameuses carrières de la femme ne sont pas tout, elles traînent avec elle comme un relent de raté : la culpabilité de la mèreEh, oui, il se trouve qu’en majorité, les femmes sont aussi des mères, voire des épouses ! Et visiblement la vraie vie, ce n’est pas le pays des bisounours ou des rêves éveillés qui voudrait que: "Je fais carrière, tout le reste suivra!"

La réalité est autre, même si on veut lui tordre le cou.
Culpabilité de quoi, pourquoi ? De ne pas pouvoir s’occuper de son couple, de ses enfants comme on sent qu’il faudrait le faire ? Comme on voit qu’il aurait fallu le faire ? … sentir soudain que l’on risque de vieillir seule, ou au milieu d’être bancals ?
N’avez-vous pas remarqué qu’une fois la porte de l’activité poussée pour la dernière fois, il ne reste pas grand chose ? Dans le monde du travail,  rares sont les gens qui se souviennent de vous… Plus rares encore de ce que vous avez fait. La roue tourne, déjà la place est prise.
Reste l’argent, peut-être une bonne retraite, ce n’est pas rien, c'est vrai. Mais...

A-t-on pensé  que si les filles des « femmes actives au foyer » ont de moins brillantes carrières et de moins bons salaires, c'est peut-être  tout simplement parce qu’elles ont choisi, librement et en connaissance de cause de faire passer carrière et argent, juste après la famille et leur responsabilité d’épouse et de mère... au risque d'une carrière interrompue ou moins brillante, c'est vrai aussi.


Pourquoi n’auraient-elles pas le droit de trouver que la culpabilité est un poids trop lourd à porter, même avec l’argent et la réussite? 

Les filles des « femmes actives au foyer » savent ce qu’elles ne veulent pas perdre: leur couple et la plénitude d'être mère en permettant la réussite de leurs enfants sur tous les plans et pas seulement celui du travail : elles connaissent cette vie-là, elles en ont bénéficié.

Vous allez me trouver sauvage, mais pourquoi ne pas dire la vérité, ne pas dire que la vie est dure, que grandir est difficile, et que le choix de travailler pour gagner de l'argent ou de travailler dans sa maison pour le bien de la famille, devrait être possible et même possible plusieurs fois dans la vie. Il suffirait  de reconnaître à chacun sa valeur et de l'honorer comme tel. 

Brigitte Jacquelin - Médiateur
  1. Les filles de femmes actives font de meilleures carrières …

    madame.lefigaro.fr › Société › Actu société
    Les filles de femmes actives seraient plus enclines à faire carrière, selon une étude dela Harvard Business School.
                                                          ************** 30 juin 2015