Je vois que vous aimez les histoires, comme moi. En voici une, écrite par Edouard Jauffret en 1941

.
"Il n’y a pas de voleurs,  ici…"

Les enfants qui habitent loin de la « maternelle » arrivent le matin avec un panier renfermant quelques provisions. Car, à midi, Mme Lions, la femme de service, ne leur sert qu’une soupe. La soupe avalée, vite chacun ouvre son panier. On entend :

« Maman m’a mis un gros morceau de fromage !
- Moi, j’ai une brioche !
- Moi j’ai un bâton de chocolat ! »

Certains n’ont, avec leur pain, que trois ou quatre morceaux de sucre. Le petit Jacques, même, n’a que du pain, et il doit se contenter de dévorer… des yeux ce que mangent les autres. Hier, nous vidions nos paniers quand Marie s’est levée en criant : « Mademoiselle, on a volé mon œuf ! »

La maîtresse s’est approchée.
« Oui, Mademoiselle, maman avait mis un œuf dans mon panier pour que Mme Lions le fasse cuire. Eh bien, voyez, il n’y est plus… »

Nous nous regardions tous les uns les autres. Et Mlle Minaud, silencieuse nous dévisageait aussi. Très vite, tous les yeux se sont dirigés vers Jacques qui, seul, baissait le nez et fixait le sol. Cette attitude laissait comprendre que c’était lui le coupable. D’ailleurs, moi qui étais assis en face de Jacques, je voyais un peu de jeune d’œuf séché sur le plastron de son tablier. Et je suis sûr que Mlle Minaud l’avait remarqué tout de suite.
Cependant elle continuait de se taire. Et le silence qui se prolongeait parut, sans doute si étonnant à Jacques que, lentement, il leva la tête. Ses yeux où l’on sentait la peur, rencontrèrent ceux de l’institutrice.

Mais déjà Mlle Minaud disait de sa voix enjouée :
« Mais non, ma pauvre Marie, tu te trompes ! Il n’y a pas de voleur ici. Il ne peut pas y en avoir. Il n’y a que des petits enfants honnêtes, et si sages !... Mme Lions sait bien que tu manges souvent un œuf après la soupe. Elle l’aura pris elle-même dans ton panier. Attends, je vais voir à la cuisine… »

Un moment après, toujours souriante, elle revenait accompagnée de Mme Lions, qui apportait un œuf frit, fumant dans son plat. Marie fut bien étonnée. Et tout le monde rit de bon cœur. 
Mais moi qui mangeais près de la porte légèrement entr’ouverte, je sais que Mlle Minaud est rentrée dans sa propre cuisine, avant d’aller voir Mme Lions. Et je suis bien certain qu’elle a pris un œuf dans son placard pour remplacer celui que Jacques avait bu en cachette.

Et j’imagine aussi pourquoi, pendant la récréation, elle a gardé un moment Jacques auprès d’elle, en lui parlant tout bas.
A suivre…
                                               **************************