Le travail invisible? C'est nous!


Combien de fois avons-nous entendu l’expression qu’aujourd’hui « les femmes travaillent… » comme si le phénomène était récent. Mais les femmes ont toujours travaillé ! Simplement avant elles n’étaient presque jamais payées. Qu’elles travaillent à la maison ou auprès de leur mari, elles n’étaient pas rémunérées. C’est tout.

Pour Micheline Dumont, spécialiste de l'histoire des femmes au Québec, cette expression est un mensonge né de la révolution industrielle : "avec le début du capitalisme industriel, seuls la production marchande de biens et la vente de la force de travail contre rémunération sont devenus le critère ayant une valeur économique. Le travail de "reproduction biologique et sociale" accompli par les femmes dans la sphère domestique a été exclu, marginalisé, en dépit du fait que ce travail constitue la base de la société et de son économie!"

Les 27  et 28  mars 2015 Marie-Christine Rousselin, adhérente et ancienne présidente de notre Union Nationale des Femmes Actives et Foyer (FAEF) et Marielle Trésarrieu, adhérente de notre association et Vice-Présidente de la Fédération Européenne des Femmes Actives au Foyer (FEFAF) se sont rendues à l’Assemblée générale de la FEFAF. L’Assemblée Générale avait lieu à Budapest, capitale de la Hongrie.
L’Assemblée Générale, dont nous reparlerons,  était précédée par une conférence sur le travail invisible largement retransmise par les médias Hongrois.

Je vous cite un extrait de la lettre reçue de nos homologues Hongrois :
« Chères vous toutes,
Le travail  invisible en famille a eu un grand succès inattendu. Ce matin à 9 heures, le premier programme de la Radio Hongroise donnait une discussion d'une demi-heure sur le travail invisible en famille en transmission directe, avec la participation de deux de nos conférenciers, Beata David (sociologue) et Robert Gal (economiste), il y avait aussi Aniko Varga, secretaire generale de notre association.C’est la première fois qu’il y a une publicité aussi large sur cette question en Hongrie.»



                                                 ****************************