"le bonheur en famille"


Pour se faire des amis: soyez heureux et ouvrez votre porte!

Nous avons habité à plusieurs reprises en Auvergne. Une de nos maisons était grande et avait beaucoup de charme. Il ne fallait pas y regarder de trop près car elle n’était pas très entretenue. Le propriétaire nous avait prévenu qu’il n’avait pas les sous pour faire des travaux. Cela nous arrangeait car le loyer n’était vraiment pas cher.
Lorsqu’il pleuvait je suppose qu’un certain nombre de gouttières suintaient dans les chambres installées sous les toits auxquels nous n’avions pas accès car elles servaient de débarras au propriétaire. Rien que dans notre chambre un trou dans le mur pourtant très épais, laisser s’infiltrer des litres d’eau les jours d’orage.

A part une immense chambre qui avait été refaite et dans laquelle nous avions installé nos deux plus jeunes, tout était vieillot et de guingois. La grille d’entrée était tellement lourde et vieille que nous avions pris le parti de la garder ouverte. La maison était située sur un petit boulevard qui ceinture la vieille ville, tout à côté d’un pont enjambant une rivière que l’on appelle « Couze » là-bas. De l’autre côté du pont se trouvait l’école des enfants. Maternelle, primaire, collège et lycée. Cela faisait beaucoup d’enfants et du coup beaucoup de mamans qui venaient chercher leurs enfants.
Petit à petit les amis des enfants ont pris l’habitude de venir jusqu’à la maison attendre leur chauffeur préférée, et si les mamans que je connaissais étaient en avance, elles trouvaient tout naturellement dans le jardin, la place de parking qu’il n’y avait pas à l’extérieur. 

Les habitudes se prennent vite. Dès les beaux jours, tout le monde s’asseyait sur les marches de l’escalier du perron au fur et à mesure des arrivées. Les mamans et les enfants, les petits et les grands, tout le monde en vrac et on sortait le pain et le chocolat, l’eau et la grenadine.
Rien de mieux pour faire connaissance et pour nous qui bougeons souvent, quelle belle façon de se faire des amies. Les conversations étaient légères ou sérieuses, et si les problèmes des unes et des autres arrivaient sur le tapis, il n’y avait pas meilleure façon de les régler ! Les avis éclairés et les expériences multiples aidaient au débat.

Une fois un des enfants a pris une photo d’un de ces goûters et je la regarde toujours avec plaisir. Les mamans sont en train de discuter pendant que trois petites filles parlent avec animation, qu’un des plus jeunes pleure et que tous les autres enfants mastiquent avec enthousiasme leur pain et leur chocolat.

Lorsque nous sommes partis, la maison a été vendue et les nouveaux propriétaires ont fait réparer le portail d’entrée,  les grilles ont été obstruées et les portes électrifiées. On ne voit plus ce qui se passe dans le jardin, les habitants sont tranquilles mais le quartier est devenu plus triste et impersonnel.
Il a suffi d’une grille ouverte ou fermée !
B. Janilec
                                 ************************