La Légende des siècles "les pauvres gens" Victor Hugo (suite)


Poème magnifique.
Lisez-le tout haut, comme une histoire à suivre.Extraits.

IV
O pauvres femmes
De pécheurs! c'est affreux de se dire: Mes âmes,
Père, amant, frères, fils, tout ce que j'ai de cher,
C'est là, dans ce chaos! Mon cœur, mon sang, ma chair!--
Ciel! être en proie aux flots, c'est être en proie aux bêtes.
Oh! songer que l'eau joue avec toutes ces têtes,
Depuis le mousse enfant jusqu'au mari patron,
Et que le vent hagard, soufflant dans son clairon,
Dénoue au-dessus d'eux sa longue et folle tresse
Et que peut-être ils sont à cette heure en détresse,
Et qu'on ne sait jamais au juste ce qu'ils font,
Et que pour tenir tète à cette mer sans fond,
A tous ces gouffres d'ombre où ne luit nulle étoile,
Ils n'ont qu'un bout de planche avec un bout de toile!
Souci lugubre! On court à travers les galets.
Le flot monte, on lui parle, on crie: Oh! Rends-nous-les!
Mais, hélas! Que veut-on que dise à la pensée
Toujours sombre la mer toujours bouleversée?
Jeannie est bien plus triste encore. Son homme est seul!
Seul dans cette âpre nuit! Seul sous ce noir linceul!
Pas d'aide. Ses enfants sont trop petits.--O mère!
Tu dis: S'ils étaient grands! Leur père est seul!--Chimère!
Plus tard, quand ils seront près du père et partis,
Tu diras en pleurant: Oh! S’ils étaient petits!

V
Elle prend sa lanterne et sa cape.--C'est l'heure
D'aller voir s'il revient, si la mer est meilleure,
S'il fait jour, si la flamme est au mat du signal.
Allons!--Et la voilà qui part. L'air matinal
Ne souffle pas encore. Rien. Pas de ligne blanche
Dans l'espace ou le flot des ténèbres s'épanche.
Il pleut. Rien n'est plus noir que la pluie au matin;
On dirait que le jour tremble et doute, incertain,
Et qu'ainsi que l'enfant l'aube pleure de naître.
Elle va. L'on ne voit luire aucune fenêtre.
Tout à coup à ses yeux qui cherchent le chemin,
Avec je ne sais quoi de lugubre et d'humain,
Une sombre masure apparaît décrépite;
Ni lumière, ni feu; la porte au vent palpite;
Sur les murs vermoulus branle un toit hasardeux,
La bise sur ce toit tord des chaumes hideux,
jaunes, sales, pareils aux grosses eaux d'un fleuve.
--Tiens! je ne pensais plus à cette pauvre veuve,
Dit-elle; mon mari, l'autre jour, la trouva
Malade et seule; il faut voir comment elle va.

Elle frappe à la porte, elle écoute; personne
Ne répond. Et Jeannie au vent de mer frissonne.
--Malade! Et ses enfants! Comme c'est mal nourri!
Elle n'en a que deux, mais elle est sans mari.--
Puis, elle frappe encore. Hé! Voisine! Elle appelle,
Et la maison se tait toujours.--Ah! Dieu! dit-elle,
Comme elle dort, qu'il faut l'appeler si longtemps!--
La porte, cette fois, comme si, par instants,
Les objets étaient pris d'une pitié suprême,
Morne, tourna dans l'ombre et s'ouvrit d'elle-même.


(à suivre...)
                          ***********************