"Le bonheur en famille" B.Janilec


"Roulez jeunesse!"

Un des grands souvenirs de nos enfants reste nos promenades à bicyclette et en famille. Ce n’est pas qu’il y en ait eu tant que ça, mais à chaque fois c’était la fête. Prendre leurs vélos et voir leur papa et leur maman partir avec eux était le plus grand plaisir que nous puissions leur faire. Presque même plus que les pique-nique dans la chaîne des Puys en Auvergne que nous aimions pourtant beaucoup.
Afin d’être sûr de ne pas oublier ce moment particulier, régulièrement à Noël, pour la fête des mères, des pères ou notre anniversaire, nous trouvions parmi nos cadeaux, un bon. La présentation variait suivant l’enfant qui en avait eu l’idée et suivant son âge, mais cela revenait toujours au même : « Bon pour une promenade en famille et à bicyclette. »

La première fois cela nous avait fait bien rire. C’était un gros appel du pied ou nous ne nous y connaissions pas.
La sortie la plus mémorable a eu lieu un dimanche, bien sûr quand nous étions tous là. Tous c'est-à-dire que mon mari avait un peu de temps à lui et notre petite dernière l’âge de nous suivre sur sa propre bicyclette. 
Neuf à vélo et à la queue-leu-leu, cela vous a de l’allure et nous étions ravis.
En général, nous partions pour une petite heure, les jambes de notre dernière ne pouvant guère tenir plus longtemps. 
Ce jour-là c’était encore l’hiver, il avait beaucoup plu mais un timide soleil commençait à percer. La lumière et la campagne promettaient d’être très belles… mais le chemin de terre était rempli de flaques. Au début, le grand jeu était de les éviter en faisant des slaloms de plus en plus serrés jusqu’au moment où un des garçons a trouvé beaucoup plus amusant de traverser les petites flaques en levant bien haut les jambes pour ne pas se faire éclabousser. C’était plus au moins réussi mais cela passait et c’était tellement drôle que j’avais pris le parti de mettre tous les habits dans la machine au retour et de les laisser faire ce qu’ils voulaient.

Tout d’un coup mon mari qui était devant s’est arrêté : le chemin entier n’était qu’une flaque. Passer sur le côté s’avérait impossible car après un petit remblai c’était le fossé. Il fallait faire demi-tour.
Alors que mon mari et moi commencions la manœuvre, nous avons vu débouler notre aîné et traverser la flaque à toute vitesse, les jambes plus hautes que le guidon. C’était passé.
Nous n’avons pas le temps de dire ouf que déjà les 5 grands avaient réussi l’exploit, couverts d’eau et de boue sous les vivats et les acclamations.

Les deux plus jeunes ne voulant pas être en reste se sont élancés à leur tour, très vite avant que nous puissions dire quoi que ce soit. Mais la flaque était profonde et eux n’avaient ni assez de force ni assez de vitesse pour la traverser. Plantés au milieu de l’eau, trempés jusqu’aux genoux, ils ont hésité entre rire et pleurs. Mais les grands étaient là, il ne fallait pas décevoir ces aînés qui déjà se tordaient de rire !

Pour mon mari et moi c’était un peu différent. Allez, c’est le rire qui l’a emporté. Mais la balade était finie. Il fallait vite mettre au chaud tout ce petit monde et faire sécher les affaires.

Et bien sûr, bien que largement écourtée, je crois que c’est la sortie à bicyclette qui nous laisse le meilleur souvenir. !!
                         ************************