Les grands frères, ces héros !


Octobre, c’est dimanche et la journée est superbe. Nous décidons mon mari et moi d’aller nous promener avec les enfants et les garçons ont choisi de prendre leurs bicyclettes. « Pouf *» du haut de ses 5ans veut faire pareil. La balade est très agréable, nous devons aller jusqu’aux maisons qui dominent l’Isère où nous retrouverons des amis.
 Les garçons sont loin devant. Du haut de leurs 8 et 9 ans ils partent découvrir le monde et n’ont besoin de personne. « Pouf » elle, est une petite fille avec une petite bicyclette. Elle a beau faire le maximum les garçons vont trop vite pour elle. Elle nous distance bien sûr mais nous ne la perdons pas de vue car nous arrivons à une grande ligne droite bordée de maison où un ralentisseur impressionnant barre la route. Arrivée là, nous voyons « Pouf » ralentir et puis s’arrêter. 
Est-ce à cause de l’obstacle?  Non, ce n’est pas ça mais de chaque côté de la route, deux gamins ont surgi. Ils sont un peu plus grands que notre fille, 6 ans peut-être 7, ce qui est sûr c’est qu’ils la dominent de toute leur taille. Une conversation s’est engagée, conversation de plus en plus animée et les gestes des garçons n’ont rien de cordial. Tandis que nous nous rapprochons nous devinons que le visage  de « Pouf » est cramoisi et qu’elle commence à ne pas être contente mais pas contente du tout. En même temps les deux garçons sûrs d’eux ont l’air de penser que ce n’est pas une toute petite fille comme ça qui va les impressionner. Qu’est-ce qu’ils lui veulent d’ailleurs. ? « Pouf » tourne la tête de tous les côtés. Elle ne doit pas nous apercevoir car nous sommes cachés par les deux gamins qui lui font face. Par contre ce qu’elle voit très bien, ce sont ses frères qui derrière  elle, de tout là-bas débouchent à grande vitesse sur leurs vélos. 
Alors d’un geste presque théâtral, elle pointe son bras vers eux et avec un sourire de triomphe dit quelque chose. Ce n’est pas long en quelques secondes les deux « méchants » garçons ont disparu. Plus aucune trace d’eux tandis que « Boby » et « Noiraud » freinent de toute leur force pour ne pas s’envoler sur le ralentisseur, ligne d’arrivée de leur course échevelée. 
Quand nous arrivons, nos garçons sont déjà repartis pour un autre tour tandis qu’un grand sourire éclaire le visage de notre petite fille et je lui demande : « Qu’est-ce qu’ils te voulaient les deux garçons qui sont venus te voir ? Tu les connais ?» Elle prend l’air dégagé et répond : « c’est des garçons de l’école, ils voulaient m’embêter mais je leur ai montré « les grands » qui arrivaient à toute vitesse et je leur ai dit que c’était mes frères qui venaient me défendre ! » Et avec malice elle rajoute : « Ils sont partis très vite et ça m’étonnerait qu’ils continuent à m’embêter à l’école !»
B. Janilec « le bonheur en famille »
* chaque enfant répond au nom d’un des « petits amis de Caroline » dessiné par P. Probst
                                                     ********************