Le roman de Michel Houellebecq, Soumission, est un roman...

Lu pour vous par Chantal Delsol , philosophe, membre de l’Institut. Pour elle, "la lassitude du chaos pousse vers l'ordre, fût-il tyrannique".
C'est un roman... Enfin heureusement. Cela veut dire que cela pourrait ne pas arriver. Comme disait Berdiaev, la question n’est pas de se demander si les utopies peuvent se produire, mais plutôt d’empêcher qu’elles se produisent… tant elles sont terrifiantes.
C’est un roman, rassurons-nous. Une fable. Mais si proche de nous. Si authentiquement possible…Car tout commence par un dilemme de vote face au Front national. Rien que de très habituel. La suite aussi. Tous les partis se liguent (cela s’appelle un front républicain, il suffit d’ouvrir les journaux ces temps-ci) pour empêcher le Front national d’obtenir le siège. Et comme d’habitude, ils sont prêts à faire voter pour n’importe quel âne, ou pour n’importe quel fou, afin que le FN ne parvienne pas au pouvoir. Ici, il s’agit d’un musulman, modéré dit-on, mais enfin qui ne cache même pas ses intentions dictatoriales. Tous les partis s’entendent et votent pour lui comme un seul homme.
Evidemment, la première question qui se pose est celle de savoir pourquoi les Français préfèrent au FN un parti musulman qui va exclure toutes les femmes du monde du travail et en faire des épouses de harem, interdire les postes importants à qui n’est pas musulman, mettre en place des mesures moralisatrices qui devraient nous faire dresser les cheveux sur la tête, bref, instaurer un califat. Certainement, le FN, aussi chaotique et fruste soit-il, ne nous aurait pas entraînés dans de telles démesures. Alors, comment expliquer ce choix suicidaire ? (…) 
Et voici la suite, tout aussi édifiante : la description de la soumission. Le titre donné au roman, Soumission, est la traduction même d’islam. Les médias se sont bien gardés de rappeler que lorsqu’Israël signifie en langue vernaculaire “celui qui a été fort contre Dieu” (il s’agit de Jacob), islam, à l’inverse, signifie étymologiquement “soumission”. Et nous assistons dans le roman à la soumission, terriblement éloquente, de toute notre société soi-disant libre et libérée, démocrate et républicaine. Tout le monde abdique. Les femmes quittent leur emploi et entrent à plusieurs au service du même homme dans le cadre de la polygamie. Les hommes se convertissent à l’islam afin de pouvoir conserver leurs activités. Personne ne résiste ni ne discute. Tout se passe dans une sorte de brouillard feutré. (…)
Quelque chose d’autre encore transparaît derrière ces lignes. Quelque chose de terrifiant. Il s’agit de la fatigue. On y sent concrètement, je dirais même à couper au couteau, la grande usure de l’Occident : la fatigue du vide, qui porte à courir vers n’importe quelle plénitude, fût-elle très amère et destructrice de liberté. La fatigue de l’athéisme, qui jette vers la première religion qui passe ; la fatigue du chaos, qui jette vers l’ordre, même tyrannique. L’existence humaine est si difficile, disait Simone Weil, si pleine de questions sans réponses, que lorsqu’apparaît l’idole nantie de certitudes, ils sont nombreux à venir se coucher à ses pieds.
17 février 2015
                                                        *******************